Jusqu'au bout de l'Asie...

La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!

Publié dans Chine

Chine / depuis le 4 août 2012


En arrivant à Pékin, nous avions presque oublié le plaisir de manger. Quelle surprise de constater, dès nos premiers pas dans  la ville, les mille et une petites gargotes  qui peuplent ses rues, les odeurs, les couleurs qui chatouillent nos sens du matin au soir !
Après bientôt 1 mois dans ce pays, c’est vraiment là que résident le dépaysement, l’émerveillement. A elle seule, la cuisine chinoise vaut le voyage. Il faudrait une vie pour en parler. Gardez donc à l’esprit en lisant ces quelques lignes que cet article peut seulement vous donner un infime aperçu de la diversité des saveurs de la cuisine chinoise.  Et encore faudra-t-il bien faire travailler votre imagination… !

 

 Une bonne soupe de nouilles aux légumes


Tout d’abord, la diversité. Il y a une quantité incroyable de mets et des spécialités différentes dans chaque région, et même dans chaque ville. Tout est coupé en petits morceaux, baguettes obligent, et les mélanges donnent lieu à d’innombrables soupes, plats en sauces, grillades, etc. Partout dans les rues, des vendeurs tirent une petite carriole derrière leur vélo pour cuire et vendre toutes sortes de beignets, galettes, grillades, fruits, gâteaux… et tellement d’autres choses !

 

 Un petit restaurateur aux fourneaux
 

Vente de galettes frites

 

Préparation de raviolis à la vapeur
 

 
Quelques constantes tout de même, que vous connaissez sans doute déjà : la nourriture est très épicée et très grasse. Heureusement, on mange souvent de petites quantités.  
Dans le nord du pays, on mange essentiellement des nouilles, même si on trouve aussi du riz. Les nouilles sont faites maison, sous vos yeux. Les classiques, un peu jaunes, sont réalisées de la façon suivante : ils prennent une boule de pâte qu’ils étirent et replient en deux (donnent deux épaisseurs), qu’ils étirent à nouveau et replient en deux (donne quatre épaisseurs) etc jusqu’à donner des nouilles, soit environ cent ou cent cinquante épaisseurs de pâtes. C’est un travail physique et les cuisiniers sont très musclés !
Quant aux blanches transparentes dites « nouilles wantu », spécialité de Pingyao, elles sont « épluchées » directement de la pâte dans le bouillon !

 

 

 

 
Dégustation d'un plat de nouilles à 50 cts!

 

On trouve également partout de très bons raviolis frais, des yaourts faits maison et des fruits frais présentés en brochettes.
Pour trouver une bonne adresse où manger, il suffit de se balader dans les rues, et de se laisser tenter. Nous sommes plutôt adeptes des boui-boui, pas chers et généralement très bons. Notre méthode pour choisir où se restaurer : nous allons là où il y a le plus de locaux, quitte à faire la queue !  Mais ce qui nous a le plus charmé avec Landry, c’est la culture de la rue. Tout le monde mange dehors, sur de minuscules tables installées sur le trottoir. En plus d’une nourriture délicieuse et fraîchement préparée, nous savourons aussi l’ambiance des lieux, assis au milieu de chinois plus ou moins éméchés, souvent joyeux, et prenant beaucoup de plaisir à nous interpeller (sauf qu’en général on ne capte rien !).

 

 

Un trottoir envahit de tables dans les rues de Xi'an

 

 

En train de déguster des brochettes sur un trottoir de Xi'an

 

Parmi nos plus belles découvertes, les brochettes dans les hutongs de Beijing ou de Xi’an. On désigne au cuisinier tout ce qui nous tente au sein de son étal : champignons, seiches, moutons, poulet, aubergines, etc. Il nous les met à rôtir en les assaisonnant copieusement. Accompagné d’une bière fraîche, c’est génial !

 

Un énorme étal de brochettes dans les rues de Beijing
 
 

 

Choix cornélien!

 


D’ailleurs, côté bière, un petit point pour les adeptes : la bière chinoise est très peu alcoolisée, et semble parfois coupée à l’eau. Parfaite pour se désaltérer, elle peut « laisser sur sa faim ». Il ne faut donc pas hésiter lorsque l’occasion se présente, à mettre quelques Yuan de plus et à se payer une bière haut de gamme. La Tsing tao est une des meilleures du marché !


Nous ne pouvions quitter Beijing sans goûter son fameux « canard Pékinois », aussi dit canard laqué, une véritable institution ! Les restaurants de la capitale en proposent à tous les coins de rue, à qui le plus croustillant, le plus sucré ou le moins gras ! Une véritable bataille rangée. Pour cette soirée hors du commun, nous avons choisi d’aller avec nos Québécoises favorites dans un restaurant réputé, histoire de ne pas se rater sur cette affaire d’état ! Réservation obligatoire, le restaurant est pris d’assaut !
Nous voici donc dans un des quartiers chic de la ville. Ici les traditions sont respectées, le canard est découpé devant notre table, et servi avec un assortiment de légumes, de crêpes et de sauces typiques. Marie-Line et Jade nous offrent un vin ambré. Bref, la soirée est un régal ! Le reste en images !

 

La troupe franco québécoise attend son canard laqué!

 

 

Le voici découpé sous nos yeux!
 

     

 

 

Jade et Marie Line aiment bien le canard laqué!!

 

 

Autre expérience gastronomique marquante : le petit déjeuner chinois. D’une façon générale, les chinois mangent très peu de sucre, et j’ai erré des heures dans les rayons du supermarché à la recherche de pâte à tartiner chocolatée, sans résultat. Nous avons donc tenté une immersion totale en commençant la journée par un beignet  aux cives, une soupe de riz ou de nouilles, ou encore un petit pain au mouton. Si cela me convient assez, Landry a opposé un véto au bout du 2ème jour ; il y a des choses sur lesquelles on ne peut transiger !

 

Enfin, nous avons adoré le quartier musulman de Xi’an et ses étals méditerranéens ! Ici dates, noix, moutons et coriandre sont à l’honneur. Un savant mélange d’Asie et d’Orient très bien réussi !

 

 

Un étal de dessert dans le quartier musulman de Xi'an

 

 

Cuisine improvisée sur de petites carioles dans le quartier musulman. Ici, un gâteau de semoules.


 

Un étal de fruits confits et/ou séchés


Cependant, tous ces papillonnements d’étals en étals ne sont pas sans risque. Brice nous l’avait prédit, elle est là, la tourista ! Une cure de riz et c’est reparti, il en faudra plus pour brider nos appétits féroces !

 

Nous nous apprêtons à descendre plus au Sud. La gastronomie devrait changer avec les paysages, ce qui donnera peut-être lieu à une autre critique gastronomique ! Quel pays mieux que la Chine pour se prêter à ce petit jeu ? ;))


Ajouter un commentaire
Publié à 04:06, le 27/08/2012 dans Chine, Chine
Mots clefs : canard laquépingyaochinepékingastronomiebrochettesnouillesxi'an


L'eau à la bouche...

Publié par Aude, le 28/08/2012 à 20:09
...rien qu'en lisant le blog! Et pourtant, ici en Tunisie, on n'est pas en reste côté culinaire! Il semblerait que le couscous de Nargès (la cuisinière) qu'on devrait manger demain soir est un délice! Vais peut-être apprendre à le faire? (ok, peine perdue, j'entends d'ici vos commentaires!!)
En tout cas, continuez de vous régaler... et surtout de NOUS régaler!!
Plein de bisous
Lien permanent

mmmmmmmmmmmmmm...

Publié par AnneSo, le 29/08/2012 à 16:14
tout ça donne tellement envie Lulu! et les photos de la gang, tous bronzés et heureux d'être là, sont vraiment cool!
c'est dingue que l'influence arabo-musulmane soit encore bien présente là-bas, ça remonte vraiment à la route de la soie?!
et au fait, moi aussi je me ferai enterrer avec mon armée!
@Aude: sisi, rassure toi, nous on croit en toi pour le couscous!!! tu nous régales la prochaine fois qu'on est tous à Bx? ;-)
Lien permanent

couscous

Publié par landry, le 29/08/2012 à 18:05
Moi aussi je vote POUR le couscous de Aude !! Miam
Lien permanent

Fanny

Publié par Aux grands européens, le 30/08/2012 à 23:43
Vous ne vous êtes pas sentis un peu ... grands sur votre table de dînette en plein milieu du trottoir ?! C'est en tout cas assez drôle de vous voir plié en deux pour manger ^^
Lien permanent

Miam!

Publié par Hélène, le 2/09/2012 à 10:15
...par contre la taille des tabourets n'est pas trop adaptée
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email