Jusqu'au bout de l'Asie...

La boucle du nord ouest : pour l'histoire

Publié dans Vietnam

Du 28 septembre au 1er octobre 2012 : de Sapa à hanoi, via Dien Bien Phu / Vietnam

 

Dien Bien Phu a été le lieu d'une des plus célèbres batailles de l'histoire, et la victoire d'un peuple attaché à son indépendance face à une grande puissance impérialiste.

Dure défaite pour la France qui n'a pas réussi à reprendre le contrôle du Vietnam depuis le départ des troupes Japonaises en 1945.

Finalement peu connue des jeunes générations, la portée historique de Dien Bien (phu signifiant district, un peu comme le "city" de new york!) nous convainc à réaliser une boucle dans le Nord Ouest du pays.

 

 

 

Nous quittons donc Sapa, pour rejoindre Muong Lay, notre première étape. 6 heures en minibus, sur une route en réfection où la vitesse ne dépasse les 30 km/h. Ce qui laisse le temps d'admirer le paysage, superbe au demeurant. Encastrée dans une vallée,  la route traverse une région très sauvage alternant jungle, monts rocheux, rivières poissoneuses et jardins potagers. De nombreuses minorités ethniques sont également présentes dans cette région. Nous traversons ainsi des villages de Xa, de Thaï noirs, de Hmong rouges puis de Thaï blancs, avec des images d'un quotidien que nous découvrons depuis la fenêtre du bus.  

 

 

Jeunes filles Hmong Noir 

 

En arrivant à Muong Lay nous découvrons une drôle de ville. Son nom d'abord. A l'image de ce qu'adorent faire les chinois, la ville a changé de nom : Muong Lay s'appelait Lai Chau. Elle a été débaptisée, une autre ville de la région ayant été renommée Lai Chau. Difficile de s'y retrouver!

 

 

A Muong Lay, vue sur l'autre versant de la ville.

 

Son emplacement ensuite. Sévèrement endommagée lors de graves inondations en 1996, puis condamnée à être engloutie du fait de la construction d'un barrage, une nouvelle ville a été construite. Tout en longueur de part et d'autre du fleuve noir. Pas vraiment de centre ville, et en attendant la fin des travaux du nouveau pont reliant les 2 rives, la ville est coupée en 2.

 

 

Rives du fleuve noir, nouvelle ville de Muong Lay.

 

Son ambiance enfin. Pas loin de 100% des habitants que nous avons croisé nous ont dit bonjour. Sans doute peu habituée à voir débarquer des occidentaux, la ville n'en est que plus attachante. Et même s'il n'y a pas d'attractions touristiques digne de ce nom, l'accueil et la gentillesse des gens, ainsi que le calme qui y règne, en font une étape agréable. Même la nuit passée dans le lugubre hôtel d'état a son charme ! 

 

 

Attablés à la seule gargotte du coin, fort sympathique par ailleurs

 

Le lendemain, nous reprenons un bus public en direction de Dien Bien. Surchargé, surchauffé, arpentant des routes sinueuses, le bus compte ses victimes ! Heureusement, de petits sacs plastiques sont disponibles pour les estomacs sensibles. Malheureusement, je me trouve juste derrière la propriétaire de l'estomac le plus fragile ! Impressionante série de vomissements déballés par le mince interstice de la fenêtre. Mince, mais suffisamment large pour m'en faire parvenir quelques effluves, avec morceaux... En terme d'immersion dans la population, je n'en demandais pas tant ! Les derniers kilomètres sont insupportables. Je n'attends qu'une chose : prendre une douche.

 

 Qui eut cru que ces jolies dames seraient d'incoyables vomisseuses ?

 

 

Vue sur un quartier de Dien Bien depuis la colline Elliane.

 

Puis tout à coup, la voilà qui apparait, cette fameuse cuvette. Celle là même qui a laissé naître dans l'esprit de nos plus hauts gradés de l'époque, le sentiment que notre armée serait insaisissable, surtout face au pauvre et désorganisé vietminh. C'était mal connaitre les lieux. C'était sous-estimer l'ennemi!

 

 Statue de la Victoire, Dien Bien.

 

Les visites du musée de la victoire (!) et de la colline Elliane se révèlent particulièrement émouvantes. Elles permettent de mieux comprendre l'ampleur du guet-apens que les Français se sont tendus à eux mêmes. En face, ce n'est pas une armée, c'est toute une nation qui lutte : depuis les campagnes les plus reculées jusqu'au front, chacun et chacune apporte sa pierre à l'édifice.

En ce début des années 50 les Français n'arrivent pas à reprendre le contrôle du pays. Pire, ils perdent de nombreuses positions.

 

Colline Elliane, lieu d'apres combats. Trou d'obus / Tranchées.

 

En choisissant Dien Bien Phu comme base de repli, et surtout de lancement vers de nouvelles offensives (l'objectif était de bloquer la route commerciale vers le Laos), ils enterrent leurs derniers espoirs de revoir une indochine française. Les collines de Dien Bien tombent les unes après les autres. Jusqu'à Elliane, à deux pas du quartier général du colonel De Castries.

7 mai 1954 : l'assaut final est lancé par le Vietminh, la victoire d'un peuple attaché à son indépendance se dessine. Derrière l'oncle Ho (Ho Chi Minh), le général Giap se sera montré beaucoup plus fin stratège que l'état major français. 3000 morts, 4000 blessés, 10000 prisonniers, et 40 jours de peurs et de combats intenses, face au siège mené par tout un peuple.

 

   

   

 Images du musée de la victoire de Dien Bien : De haut en bas et de gauche à droite : 

Combattants Viets / Caricature Vietnamienne des français / Français dans les tranchées 1954

 

On ressort de ces visites secoués, réalisant ce qu'ont enduré, moralement et physiquement, les soldats de l'armée française.

On regrette cependant les commentaires franchement orientés : photos de viets tout sourire et de Français épuisés, pas un mot sur le traitement des prisonniers de guerre dont seul un tiers sont revenus vivants...

 

 Maison de style colonial.

 

Aujourd'hui, Dien Bien Phu est devenue une capitale provinciale. Quelques dizaines de milliers d'habitants et une ville qui s'étend vers les collines environnantes en conservant son héritage architectural de l'époque coloniale. Une ville assez agréable, à l'ambiance provinciale, qui s'anime en fin d'après midi grâce à l'intense flux des scooters, et dont la population, très jeune, se révèle très accueillante.

 

 

Rues de Dien Bien.

 

 

  Jeunes filles au marché de Dien Bien.
 

 

Notre boucle se termine. Nous aurons vu un Vietnam différent des cartes postales, et dont l'identité s'est forgée dans l'apreté de ses luttes ! Aujourd'hui, la jeune génération (50% des  vietnamiens ont moins de 25 ans) porte cet héritage en se tournant résolument vers l'avenir, le progrès, et l'ouverture de son pays sur le monde. 

Il est temps pour nous de rejoindre Hanoi. Levés à 4h du matin, nous nous apprêtons à avaler 11 heures de bus avant de rester quelques jours dans la capitale pour digérer nos récentes émotions et nos très nombreux kilomètres parcourus en peu de temps depuis le nord du yunnan. 

 

 

Ajouter un commentaire
Publié à 06:36, le 5/10/2012 dans Vietnam, Dien Bien Phu
Mots clefs : musée de la victoireguerre d'Indochinevietnamlai chaudien bien phusapahanoibus publicmuong lay


Commentaire sans titre

Publié par sophie, le 7/10/2012 à 15:17
Mon grand pere y etait. un grand merci de l article, j aime beaucoup votre facon de voyager!
Lien permanent

Dien Bien Phu

Publié par Mayette, le 7/10/2012 à 15:37
quelques camarades de sport étaient partis la-bàs, Un, n'est
pas revenu, les autres ont été "marqués à vie"
Merci de nous faire partager vos émotions,la description et les photos de votre séjour.
Lien permanent

Sophie!!

Publié par landry, le 7/10/2012 à 16:21
Merci aux "sophie" qui nous laissent des commentaires de s'identifier plus précisément!!! On en connait trop!
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par leo, le 8/10/2012 à 16:33
bataille historique! lieu historique! plein les yeux quoi! j adore la photo du trou d obus et des tranchées! impressionnant! moi j aurais bien aimé apprendre l'histoire comme çà plutot qu'avec des livres et vieilles images photocopiées et une vieille à lunette aigri et antipathique !!
en tt cas, vous en aurez des choses à raconter à vos enfants!
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Sophie, le 8/10/2012 à 21:20
Merci pour l'histoire du bus, qui restitue plus concrètement une de vos tranches de vie..
Au nom de toutes les Sophies, je demande : "plus de tranches de vie".
Et merci pour votre commentaire sur la photo "Qui eut cru que ces jolies dames seraient d'incroyables vomisseuses ?". Très bon.

Lien permanent

Stach

Publié par Sophie, le 8/10/2012 à 21:21
Magnifique stach au fait Landry
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Aide, le 8/10/2012 à 21:43
Ben moi je connais personne qui y était, mais j'ai adoré cet article aussi. Un clein d'œil à Léo, que je ne connais pas, mais avec qui je partage pleinement les souvenirs des vieilles aigries des cours d'histoire!! C'est décidé: Jeanne apprendra ses cours en lisant votre blog!
Encore un grand merci pour vos "tranches de vie", même s'il vaut mieux bien choisir le moment où on les lit...Bon appétit bien sur!
Bisous mes loulous!
Lien permanent

Dien Bien Phu

Publié par Fabien, le 12/10/2012 à 17:26
Profitez ! Vous avez le temps de vivre tout ça, on a juste le temps de vous lire !
Les "jeunes filles" ne font pas très jeunes sur les photos c'est une impression ?
Joli passage du bus on s'y croirait :)
Bisous
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Muong Lay, le 16/11/2012 à 17:24
Bonjour,
Très sympathique votre blog, les photos et récits rappellent bien le pays.
Je me permets de signaler un petit erratum: la photo avec la légende "Jeunes filles Thaïs noirs"; il s'agit en fait de Hmong noirs. Les Jeunes filles Thaïs noirs sont celles qui portent le turban sur la tête dans votre photo "Jeunes filles au marché de Dien Bien".
Bien à vous,

Un franco-thaï anonyme :-)
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email