Jusqu'au bout de l'Asie...

Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1

Publié dans Vietnam

Journée du 13 octobre 2012 : Dông hà / Zone démilitarisée / Centre du Vietnam

 

C'est avec de magnifiques images plein la tête et de nouvelles adresses mail garnissant notre carnet à rencontres que nous rentrons de la baie d'halong.

 

Cela fait déjà 2 grosses semaines que nous sommes au Vietnam. Ayant l'impression que le temps nous file un peu entre les orteils, nous quittons le nord du pays pour rejoindre le centre. Nous n'avons pas encore de programme bien arrêté, seulement la certitude que notre première étape sera la visite de l'ancienne zone démilitarisée. Après les vestiges de Dien Bien Phu, nous partons vers ceux de la deuxième guerre du vietnam, celle des Américains.

 

 

La ville la plus proche de la zone est Dông Hà (point vert sur la carte!). Nous y arrivons au petit matin (vers 9h quoi!) après une nuit tranquille dans le train. Nous n'avons aucune idée de la manière dont nous allons parcourir la zone. Nous faisons confiance au destin qui ne nous a pas trop martyrisé jusque là. 15 minutes après être sortis de la gare, nous sommes chacun sur un scooter, accompagnés de M. Quang et M. Binh. Ce dernier s'étant montré plutôt convaincant dans son argumentaire (son petit carnet avec des mots élogieux de touristes faisant le gros du travail!), nous voilà partis pour la journée avec nos 2 guides.

 

   
Avec nos guides respectifs sur les scooters !
 
 
Nous passons les sites en revue : un cimetière militaire, la zone du 17ème parallèle marquant la frontière entre le sud et le nord, et bien sûr les incontournables tunnels de Vinh Moc. Les explications de nos 2 compagnons se révèlent particulièrement intéressantes.

 

Un des nombreux cimetières militaires de la zone.
 

Dans les cimetières militaires, beaucoup de tombes sont anonymes. En effet, dans l'armée nord-vietnamienne, les soldats ne portaient pas leur matricule sur eux. Beaucoup de corps n'ont donc pas été identifiés. Les tombes sans nom se succèdent, les unes après les autres, froidement. Celles qui en portent un contiennent également l'âge des victimes des conflits : 16 ans, 17 ans, 18 ans, des vies qui n'ont pas eu le temps de commencer, broyées par une histoire tragique, celle de leur pays.

 

Les tombes sont regroupées en fonction de la commune d'origine des soldats dont l'identité est connue. Chaque village a son carré de héros dans l'un des cimetières du pays. Mais nombreux sont ceux qui ont été enterrés au hasard.

Dans les allées, nous croisons un homme à la recherche de la tombe de son frère. Il parcourt le pays dans cet unique but. Nos guides semblent bien sceptiques quant à ses chances de voir aboutir sa quête. Nous lui formulons tous nos voeux de réussite et partons vers le coeur de la zone démilitarisée.

 

cratères de bombes autour de la rivière Ben hai, frontière nord / sud jusqu'en 1975
 

Bande de terre large de 10 kilomètres et traversant le pays d'est en ouest, la zone démilitarisée marquait la frontière entre le nord et le sud vietnam de 1954 jusqu'en 1975.

 

Petit rappel historique :  pourquoi y'a-t-il eu 2 vietnam?

Après la débâcle de Dien Bien Phu, et le départ des Français en 1954, les accords de Genève scellent le destin du pays : la création de 2 Vietnam. Les Américains, pas mécontents de voir les Français quitter la zone, souhaitaient renforcer leur présence dans la région afin de bloquer l'avancée de l'idéologie communiste. Ils installèrent donc un dirigeant à leur solde dans le sud du pays, et laissèrent le nord à Ho Chi Minh et aux communistes, en espérant que ceux-ci se tiennent tranquilles. N'acceptant pas de voir leur pays couper en 2, l'armée du nord commença ses incursions dans le sud en 1960, année qui marque donc le début de la guerre du Vietnam. La présence américaine s'intensifiera nettement en 1962, puis 63 après la mort de JFK.

 

Physiquement, la frontière était matérialisée par la rivière Ben hai, au niveau du 17ème parallèle. Il n'y avait pas de soldats aux postes frontières (zone démilitarisée oblige!), mais seulement des émissaires de l'ONU de pays neutres (ni Américain, ni Chinois, ni Soviétique!). Ce qui n'empêchait pas la police du Nord communiste de tirer sur les fuyards tentant de traverser la rivière à la nage pour rejoindre le Sud, en particulier les hommes d'église se retrouvant du jour au lendemain persécutés dans un pays interdisant toute religion.

 

Emmissaires de l'ONU en poste à la frontière. Cherchez l'intrus !

 

Certains restes de la zone sont très évocateurs : traces de balles dans les bâtiments, d'obus au sol, et tours de haut parleurs côté nord afin d'envoyer des messages de propagande au sud! 

 

Hauts parleurs côté nord du fleuve; ils diffusaient la propagande communiste toute la journée

 

Nous terminons cette incroyable journée par le clou du spectacle : les tunnels de Vinh Moc.

Voilà un village, Vinh Moc, qui a dû maudire son emplacement. Situé pile sur le 17ème parallèle, en haut d'une falaise en surplomb des côtes de la mer de Chine, sa position stratégique en a fait un village martyre. Un réseau de ravitaillement en armes pour les armées du nord communiste y avait été créé. Les Américains ayant mis à jour le stratagème, le village a subi les offensives de l'US navy et les bombardements de l'US air force les plus intenses de toute la guerre.

 

   

Le village de Vin Moc avant et après les bombardements

 

Afin de se protéger de ces attaques incessantes, soldats et villageois construisirent un réseau de galleries souterraines à plus de 10 mètres de profondeur. 2 ans de travaux et 4 ans de vie terribles. Les paysans sortaient la journée pour s'occuper de leur champ, et retournaient se mettre à l'abri lors des alertes et pour dormir. Nous croisons l'un d'entre eux aux alentours du village. M. Quang nous explique que le malheureux ne parle plus depuis 40 ans. Plus précisément depuis le jour où sa petite amie a été tuée par une bombe... Voilà qui fait froid dans le dos. 

 

  

Les tranchées 50 ans après.

 

Au coeur des tunnels de Vinh Moc

   

Aménagement de cuisines, de garderies, de salles d'accouchement (17 nouvaux nés ont vu le jour dans les tunnels), d'emplacements pour chaque famille, chaque unité de soldats, tout était pensé malgré des conditions de vie plus que spartiates. Ce sont des centaines de personnes qui étaient disséminées par famille dans les galeries, loin de la lumière du jour. 

Cette acharnement à la vie, cette volonté tenace de survivre face à l'ennemi et à la guerre, cette absence totale de renoncement et de fatalisme, nous impressionnent une fois de plus. 

 

 

Vue sur la mer à la sortie des tunnels.

 

Afin de nous changer les idées, nos 2 amis nous emmènent nous balader dans la région, où la vie et la nature ont repris leur droit. Paysages somptueux de rizières, de maisons au style colonial, parsemés de sépultures de riches familles à l'architecture très asiatique, le tout sous un soleil de plomb. Lucy terminera d'ailleurs la journée couleur crevette! La biafine coulera à flots les jours suivants!

 

 

Plantations de poivriers sur la route du retour.

 

 

Une des plages sur la route du retour.

 

Mais l'heure tourne, le temps continue son inexorable marche en avant. Une journée de plus s'achève. Ce genre de journée qu'offrent les voyages et que l'on n'est pas prêt d'oublier. Parce qu'on a laissé faire le hasard et parce que cela nous a réussi. Les sites et lieux traversés ont pris une dimension un peu surnaturelle, presque mystique. Et cela grâce à nos 2 anges gardiens du jour : M. Quang et M. Binh.

Ils nous ramènent à la gare, les adieux sont chaleureux.

Notre petit train local en direction de la proche ville de Hué accuse un retard de 30 minutes. L'occasion pour les quelques personnes présentes de s'étonner de notre présence ici. En effet, ni à dong hà, ni sur les autres sites traversés aujourd'hui, ni précédemment à dien bien phu, nous n'avons croisé d'autres touristes ( ou très peu). Nous espérons que ces évènements tragiques ne tomberont pas dans l'oubli collectif. Surtout tant qu'il y aura des M. Quang et M. Binh pour les faire découvrir. 

 

Bateaux ronds typiques du centre du Vietnam.

 

Ajouter un commentaire
Publié à 07:10, le 18/10/2012 dans Vietnam, Dong Hà
Mots clefs : tunnel de vinh mocfrontière nord sud vietnamguerre du vietnamdong hà


hello

Publié par yoyo, le 20/10/2012 à 08:47
Coucou les chéris ! Bon ça fait vraiment rêver votre periple ! Ca me conforte dans notre projet tour du monde en juillet 2014 ! J'espère que vous allez bien, que la santé et le moral sont au top, et que toi, le marseillais, tu veilles bien sur ma frangine !!! Je n'en doute pas . Pleins de gros bisous à vous deux, ne bouffez pas trop de chiens, et gaffe à la constipation !!!!!
Lien permanent

Putain de rédaction!

Publié par Benjy, le 20/10/2012 à 11:45
Quand vous revenez (si c'est toujours dans vos projets) vous pouvez toujours en faire un bouquin!
Lien permanent

réponses

Publié par landry, le 20/10/2012 à 13:33
@ benjy : alors là, merci pour le compliment, ça fait plaisir! Les auteurs sont flattés! Quant à revenir, c'est inéluctable, tu nous reverras d'ici peu!

@ yoyo : ben mon gars, allez y! Un tel voyage c'est une sacrée expérience! J'espère qu'on aura l'occasion d'en parler un de ces 4 sur un coin de la planète!

Lien permanent

coucou

Publié par camille, le 22/10/2012 à 22:36
je comprends mieux la commande de biafine hahahahahahhah !!!!!!!!!!!
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email