Jusqu'au bout de l'Asie...

Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !

Publié dans Vietnam

Saïgon, 21 octobre 2012, visite du musée des vestiges de la guerre.

 

Comme dit le routard, "le Vietnam, ce n'est pas une guerre".

 

Pourtant, difficile de visiter le Vietnam en en faisant totalement abstraction. D'une part parce que c'est l'histoire récente du pays et que c'est encore très présent, à la fois dans l'esprit collectif des Vietnamiens, et à la fois dans leur quotidien car il y a encore beaucoup de traces et de séquelles des événements (personnes handicapées suite à l'épandage du fameux agent orange en particulier). D'autre part parce que lorsque l'on s'intéresse à l'histoire comme c'est mon cas, c'est particulièrement instructif d'aller sur les sites historiques et dans les musées vietnamiens. On se rend ainsi mieux compte des lieux, des faits, de la chronologie etc. qu'en lisant un livre à la maison. 

 

Jusque là, bien que durs et forts en émotions, la quasi totalité des sites que nous avons visité m'ont semblé très intéressants. La présentation des faits ressemble souvent à de la propagande, mais honnêtement, je n'attendais pas tellement d'auto-critique de la part d'un régime autoritaire.

 

Je ne suis pas une spécialiste, mais il me semble également qu'il est un point qu'on peut difficilement occulter : le peuple vietnamien a été la grande victime de  ces guerres, alors qu'il se battait pour une cause qui nous semble légitime aujourd'hui, son indépendance.

 

C'est dans cette optique que le gouvernement vietnamien a créé le "musée des crimes de guerre américains", qui suite à la levée de l'embargo par Bill Clinton en 1995 a été renommé "musée des vestiges de la guerre". Nul doute que ce musée (à charge, mais ce n'est pas le problème), recèle des images d'archives et notamment des témoignages de reporters de guerre d'une grande valeur.

 

La cour d'entrée du musée des vestiges de la guerre

 

Mais une grande majeure partie du musée pourrait à mon sens s'intituler "musée des horreurs". Succession de photos de vietnamiens éventrés ou pire (hommes / femmes / enfants sans distinction), puis une salle sur les conséquences de l'épandage de l'agent orange qui est également une succession de photos insoutenables sur les malformations congénitales engendrées par ledit produit chimique. Quand je dis insoutenable, c'est au sens propre : je n'ai pas pu faire le musée. En effet, après 5 minutes je n'ai pas vu l'intérêt de continuer cette visite.

 

Deux questions se posent à moi.

 

Tout d'abord, quelle est la place (l'intérêt) de la violence dans la société et dans l'histoire ? Faut-il voir cela pour comprendre que la guerre est immonde ? Personnellement, je ne pense pas. Quand on m'explique les conditions dans lesquelles se passaient les combats, les bombardements incessants, la vie dans les tunnels, les séquelles de l'agent orange, je comprends. Pas besoin de me donner la nausée plus que ça ne me la donne déjà. A part me choquer, je n'ai pas appris plus que ce que je savais déjà.

 

Mais ce qui me surprend le plus, ce n'est pas que ce musée existe. C'est sa popularité auprès des touristes. Pourquoi cet enthousiasme ? Nous y sommes allés parce que le guide du routard lui attribuait la note maximale, et parce que c'est le musée le plus visité de Saigon. Visiblement  nous n'avons pas la même approche de la culture et de l'histoire...

Ajouter un commentaire
Publié à 04:02, le 28/10/2012 dans Vietnam, Saïgon
Mots clefs : crimes de guerreaméricainssaïgonguerre du vietnamviolence


autre avis :)

Publié par leo, le 28/10/2012 à 13:42
coucou! visiblement ce musée proposait des photos "chocs" et insoutenables. Je ne les ai pas vu et peux donc pas (quoique ..) imaginer ce qu'il en est réellement.
Néanmoins, à décharge, de tels témoignages peuvent permettre de mettre une réalité observable sur les horreurs de la guerre. En cours d'histoire on nous a parlé des camps de concentration et d'extermination, des mitraillages arbitraires ( les déportés qui descendent de tel côté du wagon seront fusillés, les autres épargnés! sadisme pur!"si c est un homme-Primo Levi).
On peut donc imaginer l'horreur et les atrocités commises, mais les clichés pris ds des camps, clichés de charniers, d'enfants squelettiques... (peuvent) permettre aussi de mettre un réalité sur des faits relatés.
A l'inverse des medias chocs qui proposent des photos de tueries dans le simple but d'augmenter les ventes ou l'audience (comme le sexe, la violence est vendeuse!), ces clichés historiques ont, pour ma part, un rôle; un devoir de mémoire, car plus les années passent, les générations passent, plus l'oublie guette, et ils peuvent aussi, soit rétablir des vérités,soit les approfondir par rapport à ce que l'on peut nous dire à l'école. Nous savons tous que les programmes scolaires d'histoire, sont polissés et "triés"!
Après, comme toujours, il y aura des visiteurs envieux de se rendre compte des véritables horreurs, peut etre apprendre ou s'apercevoir de certaines choses, certains faits, mais il y aura aussi des visiteurs en quête de "sensations fortes" juste là pour "mater", comme ils materaient un film porno! la violence exalte les sens et fait vibrer! de tout temps, il en a était ainsi (des jeux antiques aux violences urbaines et scolaires mises sur le net d'aujourd'hui ).
Mais, mon opinion, pour ces qql gens, n'enlevons pas les témoignages, certes tres dur, voire insoutenables, à l'histoire.

mais c'est mon opinion ^^
Lien permanent

Le Musée

Publié par Mayette, le 29/10/2012 à 17:02
J"imagine le choc provoqué par ces images. Je ne trouve pas de mots pour écrire mon indignation!! Est-il possible que des êtres humains fassent subir ces supplices à d'autres êtres humain ? et bien oui malheureusement.Personnellement, je ne peux regarder ni les films de guerres, ni les films qui traitent des camps de concentration, car j'ai vécu cette douloureuse époque sous l'occupation , les SS, la gestapo.....
Mais il faut développer le devoir de mémoire pour les générations futures, car il faut, même après tant d'années, une grande vigilance pour que cela n'arrive plus jamais. Le peuple Vietnamien a payé très cher son indépendance, il veut que le monde se souvienne, alors le Musée.......
Certes il y a des touristes qui vont voir ce Musée, regardent, s'indignent,ne connaissent pas ou très peu, l'histoire de ce peuple , ressortent sans se poser des questions, et continuent leur route, d'autres par contre laissent aller leurs pensées et n'en ressortent pas indemnes tant leur souffrance imprègne tout leur Etre.
Ceux-là je les comprends .
Pour vous Landry et Lucy, votre voyage va vous apporter encore beaucoup de joie, de découvertes...De toute façon vous ne pouviez pas passer à côté de cette visite.
C'est où le prochain arrêt ???
Plein de bisous à vous partager.
Lien permanent

@ léo et Mayette

Publié par landry, le 30/10/2012 à 00:53
Bonjour ! Merci pour vos commentaires, je suis ravie d'avoir lancé le débat !
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Aude, le 30/10/2012 à 22:55
Il est clair que ce coup de gueule ne laisse pas insensible, surtout vu la longueur des commentaires! Pas grand chose à rajouter après tout ça: pour ma part, je pense que le devoir de mémoire est important. Bizarrement, les gens ont la mémoire courte, y compris pour ces atrocités, et je pense qu'il est primordial de faire en sorte, d'une manière ou d'une autre, de leur rappeler ce qui s'est passé pour entendre "plus jamais ça"... Mais de la à avoir le courage de regarder ces images... Ma Lulu, je pense que j'aurais pas tenu plus longtemps que toi...
Continuez donc votre périple, de nouvelles découvertes vous attendent encore, et notamment des très belles! Car si des êtres humains ont pu commettre des actes aussi atroces, combien en avez vous rencontrés ces derniers mois qui avaient le cœur sur la main et qui auraient tout donner pour aider deux pauvres routards paumés à des km de chez eux?! C'est ça qu'il faudra retenir...
Bises
Lien permanent

moi aussi je veux mettre mon grain de sel ;-)

Publié par AnneSo, le 31/10/2012 à 16:09
Je comprends ton coup de gueule, Lulu. Les photos dans ce musée sont extrêmement violentes.
Et parfois le comportement de certains touristes dans ce genre d’endroits peut finir de t’enlever toute foi en l’humanité (exemple sur les sites de camps de concentration nazis… je m’étais retenue d’aller taper sur l’épaule de certains pour leur rappeler qu’ils n’étaient pas à Disneyland, pour ceux qui se faisaient prendre en photo tout sourire en faisant le V sous « Arbeit macht frei », ou encore ceux qui examinaient dans les moindres détails et avec excitation les fours crématoires, comme s’ils étaient devant le dernier gadget Apple – véridique…).
Maintenant, si ce musée attire autant de touristes, c’est peut-être que comme vous, ils ont fait confiance à leur Lonely Planet ! De toute façon, j’avais vraiment eu l’impression que la quasi-totalité des touristes au Vietnam étaient soit français, soit américains – retour sur les lieux du crime – donc des gens concernés par cette guerre.
Les Viets sont encore en train de panser leurs plaies, infligées parce qu’ils voulaient obtenir leur indépendance. Et je pense qu’ils ont raison de nous retourner l’estomac en nous mettant face aux conséquences de nos actes (nous, les occidentaux). J’avais été ahurie d’apprendre quand j’étais là-bas que 25% ( !!!) de la population actuelle est handicapée, conséquence directe de l’agent orange. Et pas des petits handicaps (voir la galerie des monstres du musée, justement…). Les U.S. ont reconnu le lien direct entre l’agent orange et les graves handicaps des enfants nés des marines américains qui avaient eux aussi été en contact avec l’agent orange (alors qu’ils le déversaient sur la campagne viet). Ces gens ont été aidés financièrement, et c’est normal. Mais bizarrement, les U.S. ont toujours refusé de voir le lien pour la population Viet, qui elle a du aller se brosser et tenter de s’en sortir seule. C’est PEUT-ETRE sur le point de changer, voila un article super intéressant sur le sujet : http://www.nytimes.com/2012/08/10/world/asia/us-moves-to-address-agent-orange-contamination-in-vietnam.html?pagewanted=1&_r=2&hp& .
Même si on a l’impression de « savoir » ce qu’il s’est passé, parce qu’on nous en a parlé à l’école ou autre, je pense vraiment que JAMAIS tu ne peux imaginer les véritables conséquences que ça a eu sur la vie des gens là-bas, d’où l’importance des photos. Devoir de mémoire oblige, comme le disent les autres commentateurs.
Pour finir sur une note plus gaie, il me tarde vraiment de connaître vos impressions sur le Cambodge !!! Amusez-vous bien xoxo
Lien permanent

Coucou

Publié par lucienllinares, le 1/11/2012 à 23:09
Salut les jeunes, un petit coucou parisien aprés une 10° intervention hier qui S'est très bien passée. J'ai profité de ce repos forcé pour lire le récit de vos aventures. Je vous avais quitté à HK et je vous retrouve à Saïgon. Toujours aussi passionnant ! Gros bisous à tous les 2. Papa
Lien permanent

Cette fois-ci je dis bien qui je suis :)

Publié par Sophie de Flo, le 9/11/2012 à 09:34
Ca se discute en effet !
Je pense Lucy que tout le monde n'a pas ta sensibilité, ni ton intérêt pour l'histoire, ni ton expérience du Vietnam en débarquant dans ce musée. Pour marquer tous les esprits il faut peut-être y aller très fort ?

Dans le même genre j'avais vu une vidéo archive de la libération des camps de concentration. J'avais 10 ans, j'ai fait des cauchemars pendant des semaines. Mais de l'autre côté, je n'oublierais jamais ces images. Un mal pour un bien ?

Après votre voyage, une bière fraîche (douze, soyons réaliste) vous attend à Lyon pour débattre de tout ça !! Va bien falloir prévoir 2 semaines de plus pour nous raconter les détails...
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Août 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email