Jusqu'au bout de l'Asie...

Good morning Camboooodia

Publié dans Au fil des rails

29 octobre 2012 / Départ du Vietnam / Arrivée au Cambodge

 

Difficile de rester fidèle à l'un des thèmes essentiels de notre voyage : le train ! En effet, aucune ligne de passagers ne circule au Camboge et au Laos. 

 

C'est en bâteau que nous quittons Phu Quoc pour rejoindre la ville frontalière de Ha-Tien. Retour sur le continent, et regroupement des touristes en partance pour le Cambodge. La petite agence de Marie-Rose (Vietnamienne francophone) s'occupe des formalités de Visa. Tiens, nous retrouvons nos 2 emmerdeurs de la nuit dernière à Phu Quoc (voir l'article sur phu quoc)...

 

    

Traversée du poste frontière entre le Vietnam et le Cambodge. 

 

Nous traversons la frontière à pied, une simple formalité. L'occasion pour nous de nous concentrer sur les visages radicalement différents des Cambodgiens. Beaucoup plus mats de peau, et aux yeux moins bridés que les Vietnamiens, ils appartiennent à l'"asie brune", au même titre que les Indiens, les Thaïlandais, les Malais ou les Indonésiens. Jusqu'à maintenant, nous étions en "asie jaune".

 

 

Cambodgienne portant le Krama, foulard à carreau typique du pays. 

 

La colonie embarque dans un mini-bus. Certains doivent descendre à Kep, d'autres à Kampot, d'autres encore (tels que nous) à Sihanoukville. Le but commun étant de prolonger le séjour au bord de l'eau sur la côte sud du Cambodge. Nous faisons la connaissance de Charles, un Français qui connait très bien le Vietnam, et qui compte bien venir y passer sa retraite en se faisant construire un petit bungalow à phu quoc. Dépêche-toi Charly, avant que les prix ne flambent sur la petite île !!

               

Puis, tout à coup, l'ambiance se réchauffe dans le van. Marie-Rose, notre Vietnamienne francophone au caractère bien trempé semble sérieusement se prendre la tête avec notre couple de la nuit dernière, dont nous tairons la nationalité! Petit portrait des intéressés : la trentaine ; lui, beau brun ténébreux au regard vaseux ; elle, blonde "délicate" dont le timbre de voix évoque davantage un marché aux poissons que la scala de Milan; 

Le sujet de la discorde semble être le suivant : ils ne comprennent pas pourquoi, en arrivant à Sihanoukville, le bus, que nous avons payé une bagatelle, ne peut pas faire un détour de 20km pour les déposer à leur hôtel.

 

Les premiers passagers descendent à Kep en se demandant comment tout cela va tourner. Marie-Rose se rapproche de nous et nous confie son antipathie pour les personnes venant de ce doux pays... Mmmm, genre de discours qui met l'interlocuteur pris à témoin bien mal à l'aise. "Voyons Marie-Rose, ne généralisons pas". "Ah mais si je vous assure, j'ai l'habitude ! Vous les Français, vous êtes généralement exigeants, mais corrects. Mais eux, ils sont infects dès qu'ils sont à l'étranger!". Bon, au delà du discours raciste, les Français en prennent aussi pour leur grade !! Elle prévoit l'apogée du drame lorsque l'heure du changement imprévu de transport à Kampot pour rejoindre Sihanoukville va arriver. En effet, nous devons troquer notre mini-bus pour un taxi privé qui est déjà réglé. Dure vie ! Prévision avérée, c'est l'esclandre ! La foule accourt pour assister à la représentation : "You're stealing our money, i've paid for a bus, i want a bus". De notre côté, nous avons gentiment embarqué dans le taxi, en attendant que tout cela se règle sereinement. Tout à coup, notre homme se dirige vers la portière restée ouverte et s'adresse à Lucy avec toute la finesse et le calme qui caractérise le personnage : "and you, you're a sheep ! why are you listening to her, why are you going into the car ? Are you happy about that ? She's stealing our money". Là, mon coco, c'est le coup de trop. Je me précipite hors du véhicule et fait comprendre au monsieur qu'il est en train de faire chier tout le monde pour rien, et qu'il a intérêt à se calmer et à ne pas nous parler sur ce ton avant que cela tourne mal. Les chauffeurs de taxi présents, sourire aux lèvres, savourent l'instant de grâce de la civilisation occidentale ! La confusion est à son comble. Marie-Rose qui continue avec ses délicats noms d'oiseaux, moi qui tente de retrouver un semblant de diplomatie afin de calmer notre couple "rebelle", et Charles qui sort de ses gonds : "you speak french ? Non ? Et ben tu me fais chier ! Tu comprends ça ? Tu fais chier tout le monde !" A mourir de rire ! Mais au moins, ça a le don de calmer notre bellatre et sa douce femme, qui finissent par obtempérer et monter dans la voiture. Marie-Rose, dans un dernier baroud d'honneur pas franchement glorieux, envoie un molard légendaire tout droit venu du fond des âges à l'attention du peuple entier de nos 2 tourtereaux. Bonjour l'ambiance dans la voiture jusqu'à Sihanoukville !

 

 

Premières images du Cambodge, rizières éclatantes et petites cases sur pilotis...

 

Après 2 heures d'intense fraternité, nous arrivons à destination. Camille, notre amie Marseillaise qui nous rejoint au Laos, nous a conseillé l'auberge des rougets, tenue par un copain à elle. Bien entendu, nous n'avons pas noté l'adresse. Nous demandons au chauffeur de taxi de nous laisser à un hôtel au hasard... C'est la fin d'après midi, nous n'avons pas un kopek et partons à la recherche d'un distributeur. Tiens, nous tombons sur l'auberge des rougets... fermée! Au distributeur, nous nous procurons... des dollars ! Ne laissant pas notre surprise nous désorienter davantage, nous nous adressons à un délicat touriste exposant sa bedaine à qui veut bien l'observer. Il nous explique que le dollar est la monnaie principalement utilisée au Cambodge, et qu'en général, on paye en dollars, et les commerçants nous rendent la monnaie en riels. Un peu de calcul mental ne nous fera pas de mal ! 

 

Apparemment, nous avons atterri dans l'un des quartiers touristiques de Sihanoukville. L'ambiance dans les rues n'est pas franchement à notre goût. Succession d'établissements (restaurants ou bars) fréquentés par de (très) jeunes Cambodgiennes prêtes à accorder leur faveur au premier sexagénaire bedonnant venu. Et le séxagénaire accourt, et se prend pour un prince charmant face à son harem qui n'attend qu'une chose : des dollars pour nourrir la famille. 

 

 

Une plage de Sihanoukville. 

 

Ambiance différente. Mais guère plus enthousiasmante. Après avoir constaté l'immense pauvreté qui touche une partie du peuple Cambodgien en nous baladant dans le marché local, nous mettons le cap vers les célèbres plages de Sihanoukville. Nous prenons quelques renseignements dans une petite agence de voyages / club de plongée concernant les possibilités qui s'offrent à nous d'aller passer quelques jours sur une petite île environnante. Un gros bus stationne devant l'agence, les gens vont et viennent, ça grouille d'activité touristique ! Tout à coup, 2 jeunes Américaines passent à côté de nous et nous encouragent à se joindre à elles. Elles rejoignent l'île demain et nous promettent la grosse ambiance pour fêter Halloween : Djs, alcool et plages de rêves. Les gecko et oiseaux locaux vont être ravis ! Et comme nous sommes déjà amis, elles espèrent "vraiment" qu'on viendra ! Même topo quand nous rejoignons les plages. Jeunes gens déguisés, se rafraîchissant joyeusement dans la succession d'établissements dont les transats envahissent la plage en faisant preuve d'une discrétion toute relative. "Party boats" au large qui crâchent une musique infecte. Pendant ce temps, d'autres jeunes gens, Cambodgiens, tentent de vendre leurs petits souvenirs, fruits, boissons fraîches ou service de tuk tuk.

 

Etonnant contraste entre un peuple, chez lui, qui cravache dur pour se nourrir, et qui en regarde un autre, totalement insouciant et à la limite de l'irresponsabilité, rechercher uniquement le plaisir de la fête. C'est décidé, demain, nous reprenons la route.

 

Ajouter un commentaire
Publié à 02:48, le 12/11/2012 dans Au fil des rails, Sihanoukville
Mots clefs : kepha-tienfrontière vietnam cambodgesihanoukvillekampotbâteau phu quoc


Commentaire sans titre

Publié par leo, le 13/11/2012 à 09:02
excellent!!! bien fréro! tu as raison! tarte ds sa gueule! bon j ai pas tt compris à ce qu il a dit à Lucy ^^ mais bon, çà ne me plairait pas non plus que l on parle sur ce ton à sophie!

et géniallissime le molar de marie rose à la fin!hahaha!
Lien permanent

haha

Publié par camille, le 13/11/2012 à 12:06
je partage le commentaire précédent !!!! mort de rire. Ma mère dit toujours: "tous les matins, ya quelqu'un qui s'est levé juste pour te faire chier". c'est tellement vrai !!!! trop drole. comme quoi, tu pars au bout du monde et tu tombes encore sur des imbéciles. j'imagine Landry: 'C'est moi ou c'est pas moi ?!!!". hahhahaha !!!!!!!!!!!!!!!!
Lien permanent

pim pam poum !!!!

Publié par burmacop, le 14/11/2012 à 08:44
Bien choisi le titre de l'article !! ( le votre ...)
Une réflexion : vous risquez de rencontrer nombre de ces m'as-tu-vu arrogants, nantis de leurs morues, en Thailande, terre de prédilection des bouffons occidentaux.
Donc garder son calme ( pas de coup de boule intempestif).
Et il est vrai que lorsque tu te lève le matin, un chieur en fait autant !!!!
Ceci dit, vous faites toujours un beau voyage. Profitez. J'espère que le bras de Lucy va mieux.
Gros bisous. Papa
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email