Jusqu'au bout de l'Asie...

Phnom Penh, perle de l'Asie

Publié dans Cambodge

Du 3 au 8 novambre 2012 / Phnom Penh / Capitale du Cambodge    

 

Moines priant devant le palais royal et l'image du défunt Sihanouk. 

  

Sihanouk est mort. Le King Father n'est plus et le royaume est orphelin. Dès notre arrivée dans la capitale, tout le monde nous en parle : du chauffeur de tuk-tuk à l'expat prof au lycée français, du réceptionniste de guesthouse au moine bouddhiste croisé dans un temple. L'esplanade du palais royal ne désemplit pas depuis deux semaines. Ils viennent de tout le pays se recueillir, faire brûler de l'encens ou pleurer la dépouille d'un des personnages les plus marquants de l'histoire récente du pays. Ambiance particulière donc, mêlant deuil et effervescence, pour découvrir une ville renaissante.

 

Devant le palais royal, on brûle des bougies à la mémoire de Sihanouk. 

 

Capitale d'un pays redevenu indépendant en 1953 après 1 siècle de présence française, subissant 2 décennies d'instabilité politique, la ville voit l'avènement en 1975 d'un des régimes les plus impitoyables que le monde ait connu : les khmers rouges. Exode urbain, esclavage, puis véritable extermination (2 millions de mort), le pays est à l'agonie quand débarque le "libérateur" vietnamien en 1979. Libérateur devenu envahisseur, le grand voisin ne quitte le pays que 10 ans plus tard. C'est l'ONU qui met de l'ordre au début des années 90 : désarmement, sécurisation de zones de mines et supervision d'élections. Le Cambodge nouveau, moderne, s'ouvre au monde ! Phnom Penh, sa capitale, en est la parfaite illustration : arrivée d'investisseurs étrangers, 2 premiers gratte-ciels qui sortent de terre, apparition d'une nouvelle bourgeoisie. Si les inégalités sociales sont grandes, elles ne sautent pas aux yeux dans la capitale. On travaille, on ne se plaint pas, et on garde le sourire, quoi qu'il arrive.

 

 

 La superbe "Pagode d'argent" renferme un bouddha d'émeraude et de nombreux autres trésors de la famille royale.  

 

Le sourire, nous l'aurons aussi pendant cette semaine à Phnom Penh. Grâce à Mylène, une amie de Lucy, nous prenons contact avec Fannette, professeur de lettres au lycée français. Très gentiment et sans même nous connaître, elle nous propose d'investir son appartement. Luxueux en comparaison de nos habituelles guest houses à 5 ou 10 USD la nuit, nous en profitons pour recharger nos batteries dans une joyeuse ambiance de colocation ! Après Hong Kong, nous revoilà dans le microcosme des lycées Français d'Asie. Et nous ne nous en plaindrons pas ! Fannette nous présente 2 de ses collègues, Fred et Thomas. L'occasion d'une bonne bouffe et d'interminables discussions sur le Cambodge et le quotidien des expatriés de Phnom Penh. Certains adorent, d'autres saturent, mais tous reconnaissent la grande qualité de vie qu'il ont ici. 

 

Entre deux cours, Fanette nous emmène  au marché !

 

Autre bonne bouffe, autres grandes discussions aux abords du quai Sisowath : nous retrouvons Alice et Clément, croisés à Chi Phat. Echanges sur l'état de la France, le plaisir des voyages, nos envies partagées d'indépendance et d'insouciance, nous refaisons le monde ! Un vent de liberté souffle dans nos esprits, doucement transmis par les calmes effluves du Mékong et l'ambiance cosmopolite et ouverte de la "perle d'asie".

 

 

L'ancienne prison "S21" était installée dans le lycée de la capitale. C'est désormais un musée

 

    

A gauche, les cellules des cadres du parti. A droite, les petites cellules des "opposants de droit commun".

 

 

Mélange d'histoire tragique et de culture bouddhiste, de restaurants branchés et de gargottes populaires, de temples à l'architecture khmer et d'immeubles de béton et de verres, Phnom Penh est harmonieuse et charme le visiteur. Mais pendant que certains enfants sourient, d'autres font les poubelles, pendant que certains businessmen deviennent très riches, certains commerçants quittent leur campagne en y laissant femmes et enfants pour tenter de gagner quelques deniers dans la capitale. Phnom Penh nous rappelle aussi que la situation du Cambodge reste fragile et que la pauvreté sévit encore. Face à un pouvoir en place corrompu, et l'arrivée d'un nouveau roi semblant manquer d'influence et de poigne par rapport à son célèbre père, autant que de pouvoir politique, la présence de nombreuses ONG et associations multipliant les bonnes initiatives demeurent une nécessité.

 

Nouvelle capitale, ancienne capitale, il n'y a qu'un pas. Ou plutôt 40 km, vers le nord. Sur la route de Battambang, nous nous arrêtons 24 heures à Oudong. Siège éphémère de l'empire khmer au XVIIème siècle, la petite ville, poussiéreuse et accueillante, garde quelques vestiges de l'époque, perchés sur une colline. Site charmant et présentant un point de vue exceptionnel sur la campagne environnante, ils sont nombreux à y implorer la bénédiction du bouddha ; handicapés victimes de mines ou mendiants, enfants quémandant quelques dollars ou petits vendeurs ambulants. 

 

 

 

 

 

 

  

Moine à l'ombrelle, Oudong.

 

Oudong est aussi le siège d'une importante communauté de moines, regroupés dans l'une des plus importantes pagodes du pays. De construction récente, l'ensemble de bâtiments occupe un vaste domaine. De superbes temples à l'architecture traditionnelle khmer et aux magnifiques fresques intérieures se dressent un peu partout sur le site. Des bassins joliment mis en scène apportant leur source de quiétude jaillissent entre les édifices. De nombreuses statues de héros mythologiques brahmanes, hindouistes ou bouddhistes complètent merveilleusement l'ensemble, en faisant des lieux un espace reposant et sans doute propice à une retraite spirituelle. Rythmée par les envoûtants chants des moines à l'heure du repas, la pagode est aussi un lieu de recueillement sur la dépouille exposée au grand public de l'ancien maître des lieux, décédé il y a quelques semaines. Un vieux moine parlant français nous confie que c'est lui qui a permis la construction de ce grand ensemble de temples. Comme à Phnom Penh avec Sihanouk, on célèbre ses héros à Oudong.  

 

 

Jeune fille à notre "station de bus", Oudong.

 

Charette à zébus, environs de Oudong.

 

Phnom Penh, on aurait envie d'y rester, d'y revenir, d'y faire un bout de chemin. Aussi attachante que sa population, la capitale Cambodgienne touche les coeurs et les esprits. Par sa glorieuse ou tragique histoire, par ses surprenants vestiges et son esthétique khmer et bouddhiste, par son ambiance accueillante et décontractée, la capitale Cambodgienne vous lance une flèche en plein coeur en vous exortant de ne pas l'oublier. Aucun danger !      

 

Garçon jouant devant un temple à Phnom Penh. 

 

 

Ajouter un commentaire
Publié à 08:57, le 20/11/2012 dans Cambodge, Phnom Penh
Mots clefs : bouddha d'émeraudepagode d'argentarchitecture khmertemples bouddhisteskhmer rougesoudongsihanoukphnom penhpalais royal


Commentaire sans titre

Publié par leo, le 21/11/2012 à 21:47
c est super mega beau !
Lien permanent

pas la peine

Publié par burmacop, le 22/11/2012 à 07:55
De la magie et de la poésie dans vos recits. Vu plusieurs reportages TV sur arte ou la 5 qui me font penser à votre voyage ( baie d'along, delta du mékong avec son marché flottant et ses gros bateaux, temples khmers et notemment un extraordinaire acqueduc creusé dans le granit etc ...)
et surtout les gens extraordinaires que vous rencontrez.
Je vous embrasse trés fort.

Papa
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Mayette, le 22/11/2012 à 08:58
Toujours admirative en vous lisant.,Cette Asie du Sud-est est tellement surprenante ...attachante aussi, Personnellement, j'apprends beaucoup , j'apprécie énormément et vos récits et vos photos. Vous êtes magnifiques dans le marché .
Bisous à tous les deux
Mayette
Lien permanent

Hola

Publié par Brice et Anne, le 22/11/2012 à 23:49
Et la boxe ? :-) Il n'y a pas de combats au Cambodge ? ou vous attendez la thaïlande... bises à vous deux
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Février 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email