Jusqu'au bout de l'Asie...

Battambang, de surprises en émerveillements

Publié dans Cambodge

Battambang / nord ouest du cambodge / du 9 au 12 novembre 2012

 

Sans trop savoir pourquoi, nous marquons une étape à Battambang. Peut être grâce à son nom? ça sonne pas mal, "battambang" ! Ou sa réputation de ville attachante et paisible ? On ne sait plus trop.


Paisible , elle l'est, quand nous arrivons après 5 heures inconfortables assis sur un coussin poussiéreux, dans un couloir de bus bondé ! On se la joue couleur locale, on le prend avec le sourire ! Et on se rend compte que tout passe tellement mieux.  En débarquant à 19h30, on a l'impression qu'il est déjà minuit. La ville est endormie, nous aussi, et perdus de surcroît. Guidés par un couple germano-cambodgien, nous trouvons un pied à terre qui ne nous ruinera pas. 

 

Une fois le soleil levé, et déjà brûlant, nous partons arpenter la ville. Peu de voitures, quelques prudents scooters et une ribambelle de tuk-tuks alternant recherche de clients et sieste en hammac ! Le marché central, avec ses produits frais et ses innimitables senteurs d'asie, est presque reposant ! Le panorama exposant ces maisons de style colonial en bordure du tonlé sap attise des envies de contemplation. Il est 9h du matin, le mercure a déjà allègrement atteint les 35 degrés. Chaude, elle l'est aussi !

 

Battambang regorge de petites ONG et associations. Les panneaux indiquant leurs locaux fleurissent aux coins des rues. Femmes cambodgiennes, enfants défavorisés et/ou non-scolarisés, minorités ethniques, faune et flore. Que de boulot pour les amateurs de volontariat. Nous jetons notre dévolu sur le gecko café qui deviendra notre QG. Formées aux différents métiers de la restauration, ces jeunes (et moins jeunes) filles issues des quartiers pauvres gratifient leurs clients de rires et sourires pour le moins communicatifs ! L'éternelle jovialité cambodgienne, à la fois rafraîchissante et attachante. 

  

 

 2 petits cambodgiens en route pour l'école

 

Les alentours nous offrent nos shoots de découvertes et de dépaysements. Depuis le temps, nous sommes dépendants. D'incorrigibles accrocs à la recherche de leur dose et pour qui la désintox sera rude ! Faut dire, les scènes se répètent mais ne lassent jamais, saupoudrés de différences propres aux lieux que nous traversons.

 

 

 Une joyeuse colonie qui traverse le fleuve

 

En toile de fond, une route goudronnée, puis poussiéreuse, longeant la rivière, et s'enfonçant petit à petit, dans un décor toujours plus verdoyant et tropical, où cocotiers, palmiers et bananiers abondent. Les villages sont de plus en plus ruraux au fil des kilomètres. D'abord en béton, les habitations se transforment rapidement en maisons sur pilotis, puis plus précaires, en cabanes faites de bois et de tôles. Les temples à l'architecture khmer se succèdent, plus ou moins grands, toujours paisibles. Une mosquée montre même le bout de ses minarets dans un village cham (peuple musulman présent au Cambodge et au Vietnam). La rivière draine son lot d'embarcations : du pêcheur au croisiériste, du livreur au simple villageois. Ce n'est pas le mékong, mais ça y ressemble.  

 

 

 

Les nombreuses embarcations sur le Tonlé Sap

 

Les protagonistes à présent. Paysans, pêcheurs ou écoliers. Se déplaçant à vélo, en scooter ou en barque. Partout, ils nous accueillent, sourires aux lèvres, prononçant à notre intention le "hello" de rigueur. Par leur simple activité quotidienne, ils nous procurent la joie de l'observation de scènes de vie intemporelles. Les couleurs éclatantes des sarongs portés par les femmes, les baignades des enfants dans la rivière, les hammacs rarement inoccupés, les travaux de bricolage, de pêches ou d'agriculture, tout cela en harmonie avec des horloges dont les aiguilles tournent au ralenti.     

Tandis que la chaleur s'accentue, que les litres d'eau filent dans nos gosiers en même temps que les kilomètres sous nos roues, nous progressons sans but dans la campagne environnante. Juste avec l'envie de découvrir, de connaître, de comprendre la vie des autres. Et grâce à eux, attachante, c'est sûr, Battambang l'est aussi. 

 

 

 

Les somptueux costumes colorés des cham 

 

Le jour suivant, c'est à bord d'un tuk-tuk que nous continuons à explorer les environs. Notre chauffeur s'appelle Chan, "comme Jacky Chan" juge-t-il utile de nous préciser. Chan nous confie qu'il a 34 ans et qu'il n'est pas marié. Cela fait désordre au Cambodge, et il se considère comme déjà vieux. Mais il ne manque pas d'ambition. Après ses journées comme chauffeur de tuk-tuk, il se rend dans une petite école de langue où il améliore son anglais. Conscient de la réalité d'un monde vers lequel son pays veut se tourner davantage, il sait que l'atout linguistique pourra lui ouvrir des portes.

Chan nous emmène d'abord à Prasat Banan. Ces vestiges d'un temple du XIème siècle perchés sur une colline rappellent l'architecture d'Angkor. Certains locaux, tout fiers, assurent même que c'est ce temple qui a servi de modèle lors de la construction d'Angkor Vat. 5 tours au sein d'un ensemble dont il ne reste pas grand chose, mais aux bas-relief de la tour centrale encore bien conservés. A l'image de ce que nous avons pu admirer à Oudong, le point de vue sur la campagne environnante est à couper le souffle. Cela valait bien l'ascension des 358 marches au milieu des singes ! 

 

L'ascension des 358 marches jusqu'au prasat banan 

 

 

Point de vue sur les alentours de Battambang 

 

Notre petite virée nous emmène ensuite à Phnom Sampeau. Là encore, l'ensemble de temples est perché sur une colline (Phnom signifie colline). Cette fois, nous effectuons la montée en scooter. Point de vue remarquable là-aussi, mais pas de ruines. De construction récente, ces temples sont un lieu de culte au bouddha. Les différents éléments représentant légendes et divinités, ainsi que les architectures des temples, se retrouvent, ou disparaissent, au fil des pays que nous traversons et des formes de bouddhisme pratiquées. Difficile de s'y retrouver dans toutes ces nuances et différentes croyances, alors nous laissons le plaisir des yeux agir, et nous promettons de nous documenter !

Battambang n'est pas très éloigné du complexe des temples d'Angkor. Les influences du berceau de l'empire khmer déchu sont très présentes ici, et se mélangent avec la pratique du bouddhisme. Un voyage mêlé de spiritualité et d'histoire pour les voyageurs que nous sommes.

 

La tour centrale du prasat banan, typiquement khmer. 

 

   

Représentations khmers 

 

L'histoire, nous la percutons de plein fouet lorsque nous atteignons les "killing caves", à mi-hauteur de la colline. De profondes crevasses rocheuses qui furent l'un des terrains de jeu préféré des khmers rouges, où ils perpétrèrent quelques uns de leurs pires massacres. Aujourd'hui, le site, peu fréquenté et étonnamment petit, est à la fois paisible et émouvant. Paisible car trône ici un grand bouddha allongé diffusant une bienveillante sérénité. Emouvant car le gardien des lieux, un vieil homme passant le plus clair de son temps à prier et à méditer, vous accueille dans son antre. Tout proche de lui est exposé une grande boîte en verre contenant les restes de nombreuses victimes. A la fois lieu de culte et de recueillement, l'endroit choque par le contraste entre la solennité présente et l'horreur passée.

 

 

Emouvante visite aux killing caves 

 

Maniant son tuk-tuk avec agilité à travers des chemins de campagne accidentés, Chan nous fait regagner nos pénates tandis que nos esprits divaguent quelque peu : un riche patrimoine architectural, un éclatant dévouement au bouddhisme, une pauvreté et une mendicité bien visibles et des sourires tellement attachants, Battambang nous remue, c'est sûr.  

 

   

 Du piment qui sèche au soleil et un "give me five" enfantin : la campagne de battambang

 

Cette ville arrivera même à nous surprendre. Persuadés que nous devons tirer un trait sur le fait de prendre le train au Cambodge, nous allons finalement parvenir à nos fins d'une bien étrange façon : en empruntant le bamboo train ! 

Ancienne voie de chemin de fer construite sous l'occupation française, le bamboo train a été reconverti en attraction touristique après avoir été brièvement utilisé pour transporter du frêt. Fabriqué à partir d'une planche en bambou directement posée sur un bogie, chaque petit véhicule peut transporter un maximum de 4 passagers. Malgré une unique voie,  deux "trains" peuvent se croiser ! Ou plutôt l'un peut laisser passer l'autre. Le moins chargé en fait ! Car il s'agit de démonter l'installation sur le bas côté et de tout réassembler ensuite. 30 minutes et quelques kilomètres, assis sur une planche en bambou en plein cagnard, nous empruntons notre unique trajet ferroviaire sur les lignes cambodgiennes. Mission accomplie !   

 

    

Le bamboo train ! 

 

 

Enfin, Battambang est culturelle! Amateurs de cirque moderne, nous étions un peu sceptiques, avouons-le, avant d'assister à la représentation de la troupe du phare ponleu selpak circus. Nous sommes certes motivés par l'envie d'encourager les bonnes initiatives, puisque l'organisation s'occupe de jeunes issus de familles pauvres qui ont des prédispositions pour l'art gymnique et/ou visuel. Mais tant au niveau de la mise en scène que des acrobaties, les doutes subsistent dans nos esprits quant à la réelle qualité du spectacle. 2 heures plus tard, la mine réjouie, nous pouvons enfouir nos doutes dans les méandres de notre mauvaise conscience, et simplement nous repasser le film du spectacle qui nous a tenu en haleine. "Sokha" raconte la vie d'une Cambodgienne à travers les décennies, depuis l'indépendance du pays jusqu'à notre épicurienne période moderne, en passant par les années khmers rouges illustrées dans de bouleversants tableaux. Superbe. 

 

 

Extraits de "Sokha"

 

    

 


Attachante et paisible, surprenante et culturelle. En fait, nous n'avons pas vraiment envie de quitter Battambang, charmés par la simplicité de la vie qui s'écoule, ici, si paisiblement. 

 

 

Au revoir battambang! 

 

Ajouter un commentaire
Publié à 08:48, le 25/11/2012 dans Cambodge, Battambang
Mots clefs : phnom sampeauprasat banantonlé sapvillage chamsokhabamboo trainphare ponleu selpak circusbattambangkhmers rouges


hou la la !

Publié par papajolipapa, le 26/11/2012 à 11:10
l'émotion est passée.

Bisous
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Aude, le 26/11/2012 à 20:19
Entièrement d'accord avec joli papa! Vraiment très émouvant...
Bisous
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Mayette, le 27/11/2012 à 10:50
Bonne idée votre arrêt à Battambag. Vous nous avez fait profiter de la jovialité du peuple Cambodgien de vos recherches, de vos découvertes, de vos "souffles" coupés" par le panorama.....
Vous nous avez fait aimer cette ville avec tant d'enthousiasme, que je la quitte avec vous, avec beaucoup de regrets.
"Les horloges tournent au ralenti" vous l'exprimez si bien !!
Bisous à vous deux.

L'histoire du Bamboo train est d'un monde à part, mais combien touchante.......aussi.
Lien permanent

Salut!!

Publié par Bricio et Anne, le 4/12/2012 à 21:38
...et en plus vous avez rencontré Jacky Chan...vous êtes vraiment des veinards. Sinon, le bamboo train a l'air top, il passe pas à Châtelet par hasard? Les photos du temple de brasat banan sont impressionnantes, on dirait un décor de cinéma! Genre Indiana Jones quoi...en plus y'a demi-lune :-) Bises
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par françois ceccaldi, le 14/12/2012 à 22:52
Salut les jeunes ;c super ce que vous faites ,il faudrait songer à un peu bosser.....bonjour de plan de campagne et bonne route à bientôt FC
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email