Jusqu'au bout de l'Asie...

Une marseillaise en terre Lao

Publié dans Laos

Du 25 novembre au 6 décembre, de Ventiane à Nong Khiaw, incursion dans le nord du Laos.

Textes et photos par Camille F. 

 

Sabaidee !!!!! Une fois n’est pas coutume, c’est l’invitée qui rédige l’article du périple laotien.

 

Arrivée à Vientiane :

 

Ayant fortement regretté de ne pas être allée en Mongolie rejoindre mes deux aventuriers (l’idée d’avoir manqué Anne-So et son sifflet à chiens me rend malade), lorsque Lucy me propose le Laos comme destination, je n’hésite pas. Ce n’est pas la destination première qui me vient à l’idée lorsque je veux prendre des vacances, mais qui vivra verra.

 


Je débarque au Laos après quelques fouillanderies de base
 (c'est le nom qu'on m'a donné car il m'arrive toujours des tuiles) :

* « Mademoiselle, vous avez le seul siège de l’avion où les films ne fonctionnent pas, mais enjoy your 11 hours of flight !!!! ».

* La première confrontation lao-marseillaise est fatale : tel un sketch d’Elie Kakou, on était 50 personnes à attendre pour faire le visa touristique, il était seul. On a attendu…

 

 

   

Les Champs Elysées de Ventiane / Devant le palais présidentiel.

 

Car au Laos, si la priorité n’est pas à droite, elle est à la nonchalance. La ponctualité et la rapidité à organiser les choses sont ici un concept. Mais c’est ce qui fait le charme de ce pays : la marseillaise que je suis n’a d’autre choix que d’attendre. Pas de violence, c’est les vacances !!!

 

J’atterris donc à Vientiane. Ici, les moines font du scooter et tchatent sur facebook. Un mythe s’effondre pour moi. J’apprends ainsi que les moines n’ont pas dans leur « contrat » de se désocialiser, de se concentrer uniquement sur le recueillement.

 

Ayant longuement arpenté les rues de la ville à pied, nous décidons de louer un vélo. Ici c’est 1 euro la journée. (trop cher !!!). C’est ainsi que nous nous retrouvons au beau milieu d’un immense marché (qui me rappelle les puces), où l’on peut trouver de tout, de la nourriture aux chaussures. Nous commençons la visite de temples, de nombreux bouddhas ornent les pelouses.

 

   

Le Victory Gate, offrant une magnifique vue sur Vientiane 

 

Bouddha couché 

 

Le soir, pour nous détendre, nous nous retrouvons autour d’un bon cachet de Malarone et d’un verre de Beerlao. Amis belges, je vous conseille de faire un détour par le Laos pour goûter cette bière. Elle est à base de riz laotien. Ayant déjà goûté pas mal de bonnes bières (fan de Duvel et de Karmeliet), je trouve celle-ci très désaltérante et invite les belgeois à venir se faire une opinion (ou à bannir officiellement le Laos comme pays de destination touristique).

 

Il est également possible de se faire masser (pour 5 euros l’heure), et de se faire un petit sauna aux herbes. A Vientiane, je vous conseillerais l’ Herbal Spa, en centre ville. Les filles sont douées pour le massage traditionnel laotien (je l’ai testé dans plusieurs villes). Ici c’était le meilleur. J’ai également testé le massage des pieds, le massage aux huiles. Bref, c’était pas facile de choisir.

 

Premier coup de cœur : Vang Vieng

 

Nous partons de Vientiane pour Vang Vieng en bus. Durant le trajet, en voyant comment vivent les laotiens, un paradoxe se révèle : en effet, au Laos, il ne faut pas s’embrasser en public, s’enlacer, c’est très mal vu. Les émotions ne se montrent pas (on ne s’énerve pas, on ne pleure pas). L’intimité, pour eux, commence là. Pourtant, ils se lavent dehors (donc à moitié nus), ils crachent par terre et se raclent la gorge. On les voit également vivre chez eux, leurs fenêtres et portes sont toujours ouvertes. Combien de fois avons-nous cru que telle maison était un restaurant alors que c’était chez des gens (Vous avez une table ? oh pardon, c’est chez vous !!). La différence entre ce que l’on peut montrer et ce qu’il faut cacher n’est donc pas trop compréhensible pour nous occidentaux.

 

La vie paisible de Vang Vieng

 

Mon petit bungalow

 

Vang Vieng, niveau climat, correspond à peu près à Basse Terre en Guadeloupe. Chaud et humide. Malgré les magnifiques insectes qui investissent mon bungalow (araignées, cafards, tarentes), je le trouve plutôt sympathique (une fois la moustiquaire dépliée). De nombreuses grosses araignées tissent leur toile au-dessus de nos têtes, pour le plus grand plaisir de Landry et de moi-même, fans de ces êtres à huit pattes.

 

Ballade à vélo au milieu des formations karstiques de Vang Vieng. 

 

ma nouvelle meilleure amie

 

L’anecdote de Vang Vieng:

 

Le premier soir, dans mon bungalow, ne parvenant pas à tuer deux cafards qui avaient surgi de nulle part, j’appelle Lucy à la rescousse. D’un coup de basket magique, elle les achève. On se décide alors à dresser ma moustiquaire, histoire que je puisse dormir tranquille. Une fois fini, on se dit qu’il faudrait qu’on jette les deux cafards hors du bungalow. Quand ceux-ci ont littéralement disparu. Nous partons donc à leur recherche (ne pouvant pas dormir à l’idée que deux cafards mi-zombies viennent se venger pendant mon sommeil). On les retrouve alors dans un coin de porte, en train de se faire dévorer par une horde de fourmis, sorties elles-aussi de nulle part. On vient donc de se faire voler nos proies par des fourmis sanguinaires.

 

L’accident :

 

Nous quittons Vang Vieng pour Luang Prabang. Nous avons 7h de van à faire. Les routes sont précaires (au Laos, internet est installé avant que les routes ne soient construites). Déjà la conduite laotienne me rappelle la conduite marseillaise, bien que les routes de montagne soient plutôt rares par chez nous. C’est donc sinueux, long et assez inconfortable. Soudain, alors que nous sommes en plein virage, un camion arrivé en face double un autre camion. Je suis placée à l’avant du van et voit donc le camion arriver droit sur moi, pleine vitesse. Notre chauffeur a juste le temps de faire une embardée et on se retrouve sur le bas-côté, embourbés dans la terre. Les chauffeurs entre eux ne s’énervent même pas. Nous sommes légèrement choqués mais tout va bien. Le van est remis sur pied, nous repartons. Un silence d’or règne à présent dans le van. J’ai eu vraiment peur .

 

Allez, on pousse !! 

 

 

Luang Prabang :

 

Sains et saufs, nous arrivons à Luang Prabang. Un peu plus touristique que d’autres villes, Luang Prabang comporte de nombreux temples et autres excursions à ne pas manquer. N’étant pas particulièrement fan des temples, je suis agréablement surprise car aucun ne se ressemble finalement. Les décorations varient, la forme du temple, les couleurs…

 

 

 

Se recueillir à l’intérieur d’une grotte…

 

   

Un des nombreux temples / Après avoir visité 20 temples…

 

Nous décidons de faire une balade en kayak qui nous amène à une baignade dans des chutes d’eau. Le paysage est splendide.

 

Les chutes de Tat Sae, près de Luang Prabang.

 

    

Le kayak / Landry super à l’aise sur l’eau

 

L’anecdote de Luang Prabang :

 

Landry décide d’échanger des dollars contre des kips. Il y va seul. Le guichetier tente de l’arnaquer et lui rend 30 dollars de moins. Landry lui demande donc de les lui rendre. Il prétend que c’était prévu dans la transaction, il ne veut rien savoir. J’arrive pour prêter main forte à Landry. L’engueulade se déroule en anglais. Au bout d’un moment, il nous ignore complètement, on parle mais il s’en fout royalement. Le combat commence. On tente d’attirer son attention en claquant des doigts, je fais du bruit avec sa calculette. Lorsque de nouveaux clients arrivent, on leur dit que ce guichetier n’est pas honnête, qu’ils devraient aller voir ailleurs, faire affaire avec quelqu’un d’autre. Le guichetier nous dit alors qu’on peut continuer à renvoyer des clients, ça ne lui fait rien et il ne nous rendra pas les sous. Je lui fais remarquer que son genou tremble, signe d’énervement, et donc qu’on arrive bien à l’énerver. Landry reprend de plus belle son argumentation. Là, l’homme nous dit que ces 30 dollars étaient bien compris dans la transaction, tel qu’il est écrit sur les affichettes sur le mur. On lui fait remarquer que ces soit-disant affichettes ne sont nulle part, et là, clou du spectacle, il nous sort des affichettes toutes chiffonnées de sa poubelle et fait mine de les coller sur le mur. On éclate de rire. On est au summum du ridicule. Finalement, il appelle son patron qui lui dit de rembourser Landry, pour éviter le scandale. Ca nous aura pris 30 min, mais on a énervé un laotien.

 

Nong Khiaw :  

Nous prenons un bateau pour rejoindre Nong Khiaw. Les 7h de bateau ne sont pas très agréables (mauvais siège en bois), mais le paysage est magnifique.

 

 

   

petite embarcation fluviale / falaises karstiques

 

Nous arrivons de nouveau en pleine pampa, on se trouve des petits bungalows avec vue. On s’offre un repos bien mérité.

 

   

 C'est dur les vacances ! On récupère de nos 7h de bateau...

 

Le lendemain, nous attaquons une autre visite de grottes (nous en avions vu à Vang Vieng). Dans ce relief escarpé, les grottes ne sont pas faciles à trouver. Des gamins des villages alentour attendent les visiteurs pour les guider avec leur petite lampe frontale. Une aide qui se révèle bien utile et qui mérite le petit pourboire attendu à la fin*. Durant la guerre, les laotiens se protégeaient des bombardements en se cachant dans ces grottes. La plupart ne sont pas visibles de l’extérieur, beaucoup sont assez difficiles d’accès, étroites (je pense à ma copine Blini restée en france et qui adore la spéléo haha).

 

Les nouveaux explorateurs, perdus dans une grotte ;) 

 

Coup de cœur de Nong Khiaw : Mamma !!!!

 

Si vous passez par Nong Khiaw, allez au restaurant « Alex » voir la mamma !!!! Demandez les « sausage », plat que nous avons adoré à base de saucisse lao et un genre de caviar d’aubergine. Enorme !!!!!! Cette mamma est adorable. Petite mamie de 70 ans , elle gère sa cuisine toute seule. Quand il y a du monde ça prend un peu plus de temps (au Laos c’est calme et zenitude), n’en déplaise à certains français. Khop chai la lai !!!!!

 

Mama Lao du restau chez Alex, un vrai petit chef ! 

 

Ce voyage a donc été une succession de sketchs, de paysages magnifiques et de belles rencontres. La plupart des touristes que nous avons croisés étaient trop chous. C’était follement amusant de croiser toujours les mêmes personnes à des endroits différents, l’occasion de discuter avec des américains, des canadiens et des suisses (petit couple adorable). J’étais contente de retrouver mes deux aventuriers en pleine forme. Ils me manquent déjà !!! Sabaidee !!!!

 

Super barbecue partagé avec nos suisses préférés, Luang Prabang. 

 

* Note des auteurs du blog : nous nous sommes fixés comme principe au début du voyage de ne pas donner d'argent aux enfants pour ne pas les inciter à mendier. Exception faite du Laos où dans ces villages reculés, les accès sont gérés par les habitants, souvent très pauvres, du village, les enfants s'avérant alors être de très bons et indispensables petits guides.

Ajouter un commentaire
Publié à 06:20, le 13/12/2012 dans Laos, Vientiane
Mots clefs : cuisine du laosVang ViengLuang PrabanglaoskayaknatureNong KhiawVientianetemples


À Camille, dont je n'arrête pas d'entendre parler!

Publié par Aude, le 15/12/2012 à 12:35
Khop chaï la laï Camille pour cet article m'a rappelé de nombreux souvenirs laotiens, où j'ai rencontré des situations vraiment similaires... notamment l'accident! Sauf que nous avions eu moins de chance, puisque notre fanggio de chauffeur (qui faisait la course avec un de ses collègues sur la route montagneuse et sous la pluie) s'est encastré dans le camion qui venait en face! Cela nous aura permis de visiter les hôpitaux de campagne du Nord du pays...
J'espère que ton retour en France n'aura pas été trop rude, avec ce froid. C'est maintenant à notre tour d'aller rejoindre nos baroudeurs préférés, pour quelques jours à Bangkok! Départ demain!!
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par mayette, le 15/12/2012 à 18:01
Tellement sympa de rencontrer les amies qui en plus font le blog !!!! Toujours de beaux pays, de belles photos, on ne s'en lasse pas. Des aventures en bus, en bateau,, .mais aussi le bien-être et le repos dans les bungalows, même si des petites bêtes vous souhaitent la bienvenue !!!
bisous à vous deux.
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Brice et Anne, le 16/12/2012 à 20:37
Cool!!!!
Lien permanent

coucou

Publié par camille, le 17/12/2012 à 14:11
merci les filles (et Bricio). et oui que de péripéties au Laos !!! mais c'était génial. Le retour a été rude, il avait neigé quand j'ai atterri, je me suis pris 40 degrés d'écart. c'était super d'être avec eux !!!!! je vais pas les revoir avant un moment, c'est trop nul !!!!! amusez-vous bien en thailande !!!! j'attends la suite des aventures !!!!!!!!!!
Lien permanent

Bonjour d'Argentine

Publié par Alice, le 20/12/2012 à 19:06
C'est top de vous lire. Vos articles sont supers et me rapellent des choses!
Faites attention a vous et bonnes fetes de fin d'annee ou que vous soyez!
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email