Jusqu'au bout de l'Asie...

Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre

Publié dans Au fil des rails

Du 11 au 16 décembre 2012 / Du Laos à la Thaïlande / Pakbeng; Houay Xaï; Chiang Raï

 

 
 
Quitte à ne pas voir le bout d'un rail au Laos, nous décidons de boycotter les dangereuses routes du Nord, et prenons le temps de nous rendre à la frontière Thaïlandaise en remontant le cours du Mékong durant un périple de 2 jours.

 

Embarquement pour Cythère Pakbeng.

 

Depuis l'embarcadère de Luang Prabang, nous prenons ainsi place au sein d'un long et étroit bâteau à moteur où sont disposés une cinquantaine de sièges rappelant ceux des avions. L'embarcation est loin d'être pleine. En effet, le trajet est habituellement effectué dans le sens inverse, les voyageurs arrivant par avion à Bangkok, remontant la Thaïlande puis descendant le Laos grâce à ce moyen de transport.

 

Vue du Mékong avant l'arrivée à Pakbeng. 

 
 
Nous sommes supposés rejoindre Pakbeng, situé à mi-parcours, en 7 heures. Nous en mettrons 9 ! Les somptueux paysages et les pittoresques villages qui bordent les rives du fleuve deviendront plus difficiles à apprécier durant les 2 dernières heures. L'inconfort et l'ennui nous gagnent, en même temps que la fraîcheur des nuits du Nord Laos nous imposent de passer aux manches longues. Lorsque nous arrivons enfin, il fait nuit noire. Très vite, les éclairages des petits restaurants et bars au bord de la route principale illuminent la partie "touristique" du village. C'est autour d'un excellent barbecue que nous décidons de rester une journée complète à Pakbeng afin de prendre le temps d'explorer le coin. Pakbeng n'est pas qu'une succession de restaurants, guesthouses et bars sur une centaine de mètres suivants l'embarcadère.
 
La ville s'étend sur 2 ou 3 kilomètres le long de l'axe routier principal. Nous constatons en nous baladant que nous sommes les seuls touristes en ville, alors que la veille au soir, des dizaines de "farang" bullaient sur les terrasses des restaurants et bars. Les seuls ? Pas tout à fait. Nous finissons par croiser un motard au visage sérieusement amoché suite à un accident. Visiblement choqué et physiquement fatigué, notre aventurier compte bien reprendre la route dès le lendemain. Mais en dehors des voyageurs qui ont du temps, et de ceux contraints de se reposer, Pakbeng ne représente qu'une ville étape où passer la nuit avant de continuer un périple menant dans des contrées aux attraits touristiques plus évidents !

 

 

Rue principale de Pakbeng

 

De nombreux petits commerces et échoppes de bricolage, de tailleur, de couturier, rythment l'activité de la ville. Lucy en profite pour se faire confectionner un deuxième sarong pour le plus grand plaisir des autochtones présents en train de se désaltérer à autre chose qu'à l'eau au vu de leur enthousiasme empreint d'une légère teinte de sarcasme à l'encontre de cette grande farang se prenant pour une Laotienne !

Nous tombons sur 2 superbes temples bouddhistes qui nous ramènent à un brin de sagesse et de spiritualité. Les chiens présents ne se sont pas encore imprégnés de cette atmosphère au vu de leur agressivité ! Les moines très accueillants les calment vite. Ces temples surplombent la ville et nous offrent un superbe point de vue sur la campagne environnante. Alors que les moines vaquent à leurs occupations, nous tentons de repérer sur une fresque décorant un mur le clin d'oeil adressé à l'occident : un homme en costume de tweed portant un chapeau haut de forme et un parapluie ! L'image de l'occident aux yeux du bouddhisme du XIXème siècle a des forts traits de gentleman colonisateur !


Alors que la fin de l'après midi gagne la petite ville, les premiers bus et embarcations débarquent leur contingent de voyageurs venus passer la nuit à Pakbeng.

Le lendemain, nous repartons donc avec une toute petite partie d'entre eux en direction de Houay Xaï, à la frontière Thaïlandaise. 8 nouvelles heures le long du Mékong. Nous prenons le temps pour faire nos adieux (temporaires ?) au grand fleuve asiatique.

 

 
Nous faisons de fréquents arrêts pour embarquer des villageois et leur chargement.

  

Scènes de bord de Mékong... 

 
La Thaïlande se rapproche. Houay Xaï vit essentiellement de ces échanges frontaliers entre les 2 voisins. Si différents, et pourtant unis par un monde globalisé où les échanges internationaux deviennent prépondérants et transforment un petit pays endormi comme le Laos en carrefour stratégique entre 2 des acteurs majeurs de la région que sont la Thaïlande et le Vietnam. Alors Houay Xaï s'adapte. Beaucoup de guesthouses ont poussé afin d'héberger les voyageurs en transit, les commerçants de passage, et les apprentis businessmen flairant le bon coup dans cette région qui s'éveille.
 
Les formalités administratives sont ultra simples, d'un côté comme de l'autre. Pourtant, ce passage de frontière restera dans nos mémoires comme le plus insolite ! Après avoir connu le train, le bus et nos gambettes pour changer de pays, nous découvrons... la pirogue ! Décidément, le Mékong ne nous lâche pas ! A peine découvrons-nous chiang Khong, la ville frontalière Thaïlandaise, qu'il nous manque déjà ! Pour autant, pas question de s'attarder ici. Bangkok nous attend, et nos rendez vous amicaux et familiaux aussi. Nous repérons un arrêt de bus. On nous informe que le dernier en direction de Chiang Raï part dans une heure. En guise de bus, c'est un songthaew que nous empruntons. Sorte de pick up reconverti en transport public grâce à une large cabine ouverte à l'arrière, il peut contenir environ 10 ou 12 personnes. Au plus fort du trajet, nous serons 19 ! Dont un "homme-femme". Le premier que nous croisons en Thaïlande où cette "transformation"est courante et parfaitement acceptée par la société.

 

 

Traversée de frontière en pirogue ! 

 

  

Songthaew qui nous mène à Chiang Rai / drapeau de la Thaïlande.

 

Nous arrivons à Chiang Raï en soirée. Grand carrefour des transports de la région, nous arrivons dans un autre monde ! Ou plutôt redécouvrons le nôtre. Celui d'une activité urbaine intense, avec ses enseignes commerçantes lumineuses, son trafic automobile, son effervescence dans les rues encore fréquentées alors que la nuit est tombée, sa nourriture industrielle et ses fast food. C'est sûr, nous ne sommes plus au Laos ! Malgré notre court séjour, Chiang Raï s'avère agréable. Un bon échauffement avant de retrouver l'ambiance d'une mégapole comme Bangkok, que nous n'avons pas connu depuis Hong Kong. De nombreux et superbes temples nous rappellent que le bouddhisme est très présent en Thaïlande, de dynamiques marchés fleurissent aux 4 coins de la ville, et les premiers sourires Thaïlandais nous offrent une bonne introduction aux charmes du pays.

 

 

Vue de la Grande Horloge de Chiang Rai.

 

Bar rasta a Chiang Rai

 

Nous quittons Chiang Raï pour Lampang, plus au sud, afin de rattraper les chemins de fer Thaïlandais et de rejoindre Bangkok par notre moyen de transport de prédilection. En arrivant en début d'après midi, nous rejoignons directement la gare ferroviaire et achetons des billets de 3ème classe pour le train de nuit passant dans quelques heures par Lampang.
Aaaaaaah, la 3ème classe Thaïlandaise. Voyageurs recherchant confort s'abstenir ! Par chance, le wagon est quasiment vide. Nous pouvons nous étaler sur les bancs métalliques du wagon décrépi. Entre les lumières qui ne s'éteignent pas et les fenêtres qui ne se ferment pas, le sommeil est difficile à trouver.

 

En attendant le train, en gare de Lampang

 

  

 

Peu importe, nous arrivons au petit matin, enfin, à Bangkok, notre "bout d'asie", après 6 mois et demi de voyage !  

 

Ajouter un commentaire
Publié à 13:43, le 5/01/2013 dans Au fil des rails, Houay Xai
Mots clefs : houay xaipakbengfrontière lao thaïthaïlandelaosbangkokchiang khongluang prabangpirogue


Commentaire sans titre

Publié par Aude, le 5/01/2013 à 14:03
Nous aussi on avait adoré le passage de frontière Laos / Thaïlande en pirogue. Le passage sous la "Gate to Siam" m'avait marqué. Bonne continuation mes loulous! Bisous!
Lien permanent

Hi

Publié par Bricio et Anne, le 6/01/2013 à 15:01
Hello, c'est très joli tout ça les amis! Amusez-vous bien! J'ai l'impression que vous allez nous en faire voir encore pour quelques semaines...ou quelques mois!;-) Bises. Kiffez bien la life.
Lien permanent

d'une frontière à l'autre !!

Publié par mayette, le 7/01/2013 à 09:31
la traversée 'd'une frontière en pirogue n'est pas courante,!! vous avez eu cette chance .
La photo à la gare de Lampang est une petite merveille .
Qui la prise ??
bisous à vous partager.
Lien permanent

Ah le train...

Publié par Véro, le 7/01/2013 à 10:57
Vous allez être experts en trains!!!
ça doit vraiment être désagréable tout ce transport!! en même temps c'est quand tu souffres un peu comme ça que tu apprécies mieux le reste en fait !!! la vie, les paysages, la bonne compagnie ! Je reste en complète admiration ! Je vous adresse tous mes vœux pour 2013 et espère que vous trouverez ce que vous cherchez.
Je vous embrasse.
Lien permanent

felicitations

Publié par sophie (belle soeur!), le 9/01/2013 à 03:18
felicitations pour votre titre de coup de coeur! c un plaisir de vous lire! bonne continuation bonne année et merci pour votre carte! pro-fi-tez a fond de ce trip! bisous de tahiti!
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email