Jusqu'au bout de l'Asie...

Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !

Publié dans Thailande

Du 25 décembre 2012 au 1er janvier 2013 / Krabi et Ko Lanta / Sud de la Thaïlande

 

Peak Season ! Tout est plus cher, tout est complet ! Fidèles à nos (mauvaises ?) habitudes, nous ne planifions rien. Les décisions se prennent au jour le jour, au gré de nos envies et coups de tête. Oui mais... nous ne sommes plus 2, nous sommes 4 ! Une partie de la petite famille de Lucy nous a rejoint : Sylvie, la maman, et Rémi, le petit frère qui ne l'est plus (petit), étudiant de son état. Ils auront donc à subir les conséquences néfastes de nos agissements manquants de prévoyance ! C'est ainsi que le 24 décembre, nous tentons d'acheter des billets de train en direction du Sud de la Thaïlande pour le 25 décembre... On nous annonce que tous les trains sont complets du 25 au 31 ! Parfait ! Ne restent que quelques places dans le train du soir-même, le 24. 

 

1 heure de réflexion plus tard, nous sacrifions nos rendez-vous Bangkokais avec des amis de Sylvie, et avec mon pote Nico qui m'en veut encore (!!), et direction Surat-Thani. Les trains de nuit Thaïlandais sont plutôt confortables et silencieux. Les sièges se déplient pour se transformer en couchette, et les passagers, majoritairement des touristes occidentaux, ne s'attardent pas dans les célébrations du réveillon de Noël.

 

 

Surat-Thani n'est qu'une étape avant de prendre la direction des îles. A l'arrivée à la gare ferroviaire, un certain nombre de rabatteurs et d'agences proposant des transports privés se jettent sur les passagers. Ainsi, des bus remplis de touristes, très jeunes pour la plupart, quittent la ville en direction des célèbres îles Thaïlandaises où s'entassent ces visiteurs en mal de soleil et de fêtes.

Mais on ne nous la fait pas !! Après avoir esquivé par un bon million de "no, thank you" ces propositions onéreuses de transport, et avoir ingurgité une bonne soupe de nouilles régénératrice, nous empruntons un bus urbain nous menant dans le centre de Surat-Thani. De là partent des bus publics au prix beaucoup plus raisonnables, empruntés par des touristes Thaï et asiatiques, et quelques occidentaux flairant les bonnes combines !

 

En achetant nos billets, nous décidons de poser nos valises à Krabi, ville de la côte Ouest. Les îles attendront ! Nous décidons dans le même temps de réserver des bungalows encore disponibles sur l'une des plages de Krabi, sans trop savoir ce qui nous attend. Les plages se trouvent à une bonne vingtaine de kilomètres de la ville de Krabi, et le littoral est assez grand. En arrivant après 4 heures de route, tout est calme, l'accueil adorable, et Aude, Nicolas et leur petite Jeanne sont là ! Quelle surprise inattendue ! (voir article précédent). Les 2 amies se retrouvent, quelques larmes glissent sur leurs joues roses. Nous ne sommes plus 2, nous ne sommes plus 4, nous sommes 7 !

 

Ao Nang beach

 

Bang Klong Muang

 

L'ensemble de bungalows où nous nous trouvons est effectivement isolé. Sur la colline se trouvant au bout de la plage se dresse la résidence de vacances... du Roi, ce qui limite considérablement les autorisations de construction ! Emplacement royal, donc, pour quelques jours dans le sud de la Thaïlande, entre Noël et le jour de l'an, loin du tumulte que nous redoutions. La plage est un peu rocheuse mais tout à fait charmante, l'ambiance familiale, et les environs propices à de belles balades.


A vélo, par exemple. Nous explorons ainsi les environs d'Ao Nang Beach, beaucoup plus fréquentés que notre petit coin tranquille. Mais les plages sont belles, l'eau turquoise, et les formations rocheuses qui s'en échappent à quelques dizaines de mètres du rivage nous rappellent que la nature, sauvage, survit tant bien que mal parmi tout ce béton. La chaleur est intense, et lorsque nous ne bullons pas sur une plage, nous transpirons à grosse goûte à force de pédaler le long d'une grande route nationale très empruntée, mais splendide, car construite au milieu de falaises karstiques encerclées par une végétation dense.

 

Au milieu de falaises karstiques, dans la région de Krabi

 

Plantation d'hévéas, région de Krabi

 

La communauté musulmane est très présente dans le sud de la Thaïlande. Au hasard de notre balade, nous passons devant de nombreuses mosquées, grandes et petites, et dont l'architecture, plus sobre que les temples bouddhistes, importe sa touche moyen-orientale. Les nombreux marchés musulmans se succèdent également le long de notre parcours. Les odeurs sont alléchantes. Voilà une gastronomie qui marrie admirablement les influences ! Et l'on s'en donne à coeur joie, grâce à ces découvertes culinaires qui enflamment notre palais.

 

 

   

Forte présence musulmane dans la région de Krabi, visible grâce à ses mosquées et ses marchés

 

A pieds également. Nous remontons ainsi le littoral de Ban Klong Muang, le long de plages peu fréquentées, où quelques resorts cohabitent plutôt bien avec les villages environnants de pêcheurs dont les petites embarcations en bois stationnent sur le rivage, donnant un souffle inattendu d'authenticité bienvenue dans cette région touristique.

 

Nous passons nos soirées à jouer au tarot, siroter l'une ou l'autre des célèbres bières Thaïlandaises et admirer les couleurs offertes par les faibles rayons d'un soleil crépusculaire se reflétant dans les eaux calmes et limpides de la mer d'Andaman.

 

Après 3 jours parfaits sur cette plage de Ban Klong Muang à quelques encablures de Krabi, il est temps pour les uns (Aude et sa p'tite famille) de reprendre le chemin de Bangkok avant de retrouver l'hiver Bordelais, et pour les autres (nous !), de partir buller (encore !) sur une île paradisiaque...

 

Nous arrêtons notre choix sur Koh Lanta, l'une des îles au large de Krabi qui semble encore épargnée par une fréquentation touristique de masse. Célèbre en France pour un jeu télévisé qui ne s'y déroule même pas, l'île semble encore en être à un stade embryonnaire de développement, en comparaison de Phuket ou Ko Phi Phi, victimes de leur succès. Après nous être faits coller des étiquettes sur nos tee-shirts indiquant notre destination (!), nous empruntons un bâteau déjà plein. Au bout de 30 mn de navigation, il s'arrête aux côtés d'un autre bâteau pour embarquer de nouveaux passagers. Des piles impressionnantes de valises se forment sur le pont, et les derniers arrivants se trouvent tant que bien que mal une place au sein de l'embarcation, maintenant pleine à craquer !

 

 

Au large de Koh Lanta

 

En arrivant à Koh Lanta, notre bâteau fait la queue, le temps que l'embarcadère se libère. Par dizaines, les voyageurs quittent l'île, croisant ceux tout aussi nombreux qui y arrivent. Pas si embryonnaire que cela le développement, pour être capable d'accueillir autant de monde ! Mais les démons du béton n'ont pas encore tout envahi. Les premières images qui nous parviennent sont celles d'une île verdoyante en son centre, où de nombreuses constructions en bois et sur pilotis se succèdent sur le littoral.

Enfin, nous débarquons. Grosse agitation sur le petit embarcadère. De nombreuses personnes sont attendues par leurs hôtels, tandis que d'autres établissements ont envoyé leurs émissaires pêcher les imprudents sans réservation. Peu enclins à supporter ce fatras, nous débusquons un petit restaurant en attendant que l'effervescence retombe, quitte à se contenter des rares bungalows restants. Nous nous rendons alors dans une agence susceptible de nous trouver un toit. Une carte apparaît sous nos yeux, celle des logements de Koh Lanta. La côte Ouest, là où se trouvent les plus belles plages propices à la baignade, n'est en réalité qu'une succesion ininterrompue d'établissements hôteliers. Plus on va vers le sud, plus les constructions sont espacées mais luxueuses, et l'île semble sauvage. Nous tentons notre chance sur la plage de Phra Ae Beach. Après plusieurs coups de fil, le graal est à notre portée. Des bungalows sont libres ! On nous y conduit. Modestes et charmants, tenus par des Thaïlandaises parlant à peine anglais, et tout proches de la plage, les lieux, délaissés au profit de plus grands établissements par la faune touristique, nous ouvrent leurs portes, que nous pensions cadennassées par le trop plein de visiteurs.  

 

Etonnant spectacle que le déambulement de tous ces touristes réunis en ces terres accueillantes, ensoleillées et propices au farniente. A cette occasion, Lucy et moi vivons un certain dépaysement, nous qui tentons depuis 7 mois de nous immerger parmi les populations des pays que nous traversons ! L'ambiance n'en est pas désagréable pour autant. De nombreuses familles, jeunes couples ou bande d'amis se réunissent à Koh Lanta, sans d'autres arrière-pensées que de profiter du littoral, des fonds marins, des massages sages, et du grand air. De notre côté, nous décidons de rejoindre le sud de l'île en passant de plage en plage. Et si nous n'atteindrons pas l'extrême sud, certains spots que nous traversons sont réellement paradisiaques : déserts, aux portes de la végétation, où seuls quelques pêcheurs de coquillage déambulent, et donnant sur une mer à l'eau transparente ! Nous tenons notre eden !

 

Koh Lanta

 

La douceur de vivre de Koh Lanta

 

Les jours passent, lentement, entraînant une certaine atrophie cérébrale ! C'est plus fort que nous, nous attendons le dernier moment, toujours, avant de décider quoi que ce soit. Et pourtant, notre ami "peak season" est là, partout autour de nous, rôdant sans cesse et nous rappelant ses exigeances de prévoyance. Mais, à nos dépens, nous l'oublions cet ennemi, et fomentons un plan alléchant : remonter sur Bangkok tranquillou, en s'arrêtant 2 jours à Prachuab Khiri Khan (à vos souhaits !), petit village de pêcheurs situés à mi-chemin entre le sud et la capitale Thaïlandaise. Nous rentrons donc à Krabi où suffisamment d'agences sont présentes pour assurer le transport tel que nous l'envisageons. Nous sommes le 30 décembre, et si tout va bien, nous serons à Prachuab le lendemain soir... C'est un peu vite oublié que "Peak Season" est sans pitié, diabolique avec les dilettantes se croyant libres de vivre leur périple avec "insouciance", son ennemi intime. Qui ça ? Et oui, "insouciance", que "Peak Season" a éradiqué du pays à cette période de l'année. Résultat : tous les trains sont complets, tous les bus aussi. Ne restent que quelques places pour remonter directement sur Bangkok le 1er janvier. Nouvelle victoire de "Peak Season", par KO, face à "insouciance", qui attend son heure. 

Ne nous laissant pas désorienter par ce terrible (je sais, tout est relatif !) coup du sort, nous nous adaptons. "Peak Season", ce vil ennemi, ne nous enfermera pas dans Krabi Town pour le jour de l'an. Après avoir réservé notre bus de nuit pour le 1er janvier, nous contactons nos hôtes de notre premier séjour à Krabi plage. Miracle, il reste 1 bungalow pour 4 de libre ! Et vlan, la réplique d'"insouciance" est terrible, animal que l'on croyait moribond et qui, tel le phénix, renaît de ses cendres au plus fort de l'adversité !

 

Les questions logistiques réglées, nous profitons tout de même de nos quelques heures en ville pour nous balader. Nous déambulons ainsi dans un gigantesque marché / fête forraine, style foire du trône. Stands de tir, échoppes de tee-shirts, stands de bouffe, petits commerces de tout et n'importe quoi. L'ambiance est assurée par un groupe de rock jouant sur une scène gigantesque devant un public...éparse ! Ambiance bonne enfant, très Thaï, dans cette ville qui accueille de moins en moins de visiteurs depuis que les embarcadères pour les îles ont été délocalisés à quelques kilomètres.

Les filles sont fatiguées et rentrent se coucher. Avec Rémi, nous nous rendons dans un petit bar rasta, où quelques heures auparavant, on nous avait promis un Live. Chose promise, chose due, le groupe accorde ses instruments. Premier indice : ils ont un sacré bon look ! Cela peut paraître idiot, mais en musique, c'est important ! Les bases sont posées. Les premières mesures nous confirment que nous allons passer une bonne soirée. Mélange de reggae et de folk, de rock acoustique et de musique traditionnelle, avec des intonnations tantôt occidentales, tantôt Thaï, en fonction du chanteur, un guitariste solo virtuose, et un batteur enfumé qui tient la baraque derrière ses fûts ! Remarquable, et grosse ambiance dans le petit bar ! Au lit à 1h30, la journée sportive du lendemain s'annonce difficile...

 

Pas tant que ça en fait ! Nous partons pour une demi-journée de Kayak en rivière au milieu de la mangrove. Nos embarcations se fraient un chemin parmi ces arbres sortis de l'eau. A mi-parcours, nous faisons une halte dans une grotte nous permettant de surplomber la mangrove. Le paysage nous arrache un soupçon d'émotion quand notre guide nous confie que tout a été détruit lors du tsunami et a repoussé depuis. On n'ose imaginer la puissance et la violence de toute cette quantité d'eau se déversant avec fracas sur les littoraux et dévastant tout sur son passage.

 

 

  

Sortie kayak dans la mangrove

 

La petite balade se termine et notre pick-up arrive. En chargeant nos sacs, nous découvrons 2 énormes enceintes à l'arrière du véhicule. Le chauffeur, tout content, nous annonce la couleur de la soirée : "pine bungalow boum boum boum". Okay...  

 

Ban Klong Muang, nous revoilà ! Le personnel nous reconnaît, et fait preuve de toujours autant de sympathie. Certains visiteurs que nous avions quitté il y a quelques jours sont toujours là. La nuit tombe, 2013 approche, 2556 pour les Thaï. L'ambiance reste sage, calme, sereine. Pas de côtillons ni de champagne lidl ! Mais plutôt des poissons pêchés du jour, l'inamovible bière Thaï, et le best-of de Michael Jackson qui tourne en boucle sur les fameuses enceintes dont la poussée de décibels reste relative ! Le passage à la nouvelle année s'en vient. Pas d'hymne de minuit, de séances de bises à toute l'assistance en souhaitant des "bonne année" à des inconnus. Non, plutôt un lâché de lanternes qui s'enflamment au-dessus de la mer, dans la nuit Thaïlandaise qui s'illumine. Chacun formule ses voeux en les gardant sagement pour lui. Ambiance poétique et féérique pour une nouvelle année à qui on ne promet aucune bonne résolution. La nuit se termine tôt, le coeur un peu serré, l'esprit un peu perdu, heureux de cette soirée, et conscient que 2013 marquera, pour nous, le retour au turbin ! Mais l'avenir, c'est déjà demain, et demain, c'est déjà 2013 ; ouf, rien n'aura changé !

 

   

          

Saint Sylvestre à Bang Klong Muang (Krabi plage)

 

Le 1er janvier, nous regagnons Krabi Town pour prendre notre bus de nuit pour Bangkok. "Insouciance" ne s'est pas réveillée. Aujourd'hui, c'est "peak season" le maître des lieux. Nouveau manège des étiquettes indiquant destination et numéro de bus à coller sur nos tee-shirts. La foule d'occidentaux s'agglutine. Parmi eux, un pourcentage incroyablement élevé tire une gueule phénoménale. La vie est dure pour ces pauvres touristes en vacances en Thaïlande, terrassés par "Peak Season" qu'ils ne savent pas appréhender avec humour ! Du coup l'ambiance dans le bus est inhabituelle, bien différente des transports asiatiques que nous côtoyons depuis des mois, dans lesquels chacun n'a pas sa place assise réservée, avec clim et siège inclinable, et où des sourires à s'en faire décrocher la mâchoire illuminent chaque visage. Choc des cultures, choc des humeurs, le voyage va être long ! 

 

 

Gare routière de Krabi

 

 

Ajouter un commentaire
Publié à 08:17, le 11/01/2013 dans Thailande, Ko Lanta
Mots clefs : koh lantapeak seasonjour de l'annoelthailandekrabi


Ah....les îles.............

Publié par papajolipapa, le 22/01/2013 à 13:03
Koh Lanta, la vraie, pas celle du jeu crétin de la chaine commerciale sous culturelle, et ben Koh Lanta, donc
c'est vraiment wanegain.
Gros bisous à tous les deux
Lien permanent

coucou !!!

Publié par camille, le 22/01/2013 à 13:45
encore de magnifiques photos !! ah, ces fameuses falaises karstiques !! maintenant je place ce mot partout dans mes conversations, j'ai trop la classe !!!!!!
grosse pensée pour vous de nous qui sommes sous la neige !!! je vais bosser en traîneau !!!!!!!!!
Lien permanent

Superbe!

Publié par Aude, le 22/01/2013 à 19:26
Et bien rien qu'à la lecture de l'article, j'ai eu de nouveau les larmes aux yeux en repassant à mon cadeau de Noël, arrivé à pied avec son sac sur le dos le 25 décembre! C'était tellement inattendu !
Vos photos sont vraiment magnifiques, comme toujours!
Quand a "insouciance", j'espère qu'elle est enfin sortie de sa léthargie pour continuer à vous accompagner jusqu'au bout de votre périple! Ici, c'est "peak season", mais plutôt niveau boulot, alors on pense d'autant plus fort à vous! Bisous ;-)
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Mayette, le 23/01/2013 à 11:24
Entre "Peak season" et "insouciance", vous nous avez fait connaître le sud de la Thaïlande et l'Ile de Koh Lanta .Tout est admirablement décrit pour nous faire vivre "votre vie", nous faire rêver, et partager vos émotions.
Régal absolu. !
Pensées aussi pour la famille de Lucy.
Lien permanent

Coucou les amis

Publié par Céline, le 23/01/2013 à 17:38
Enfin j'ai remis la main sur l'adresse de ce magnifique journal de voyage!!!! Quel parcours! Merci de nous faire partager tout ça, c'est magique!

Cela n'enlève rien à l'impatience de votre retour, vous me manquez vous deux et vos sourires sincères!

Milles bises
Lien permanent

Cheeeeeeessssse

Publié par Bricio et Anne, le 23/01/2013 à 22:06
Vous nous manquez nos bons amis! Que c'est joli tout ça!
Bises!
Lien permanent

Gorgeous

Publié par Hélène, le 24/01/2013 à 22:01
ça ressemble à la baie d'halong... Ma photo préférée c'est sans conteste "douceur de vivre à Koh lanta".
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Avril 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email