Jusqu'au bout de l'Asie...

Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !

Publié dans Thailande

Du 25 janvier au 2 février 2013 / Bangkok / Capitale de la Thaïlande

 

C'est inéluctable. Si l'obtention de notre visa Chinois s'apparente à une véritable quête à l'issue plus qu'incertaine, les choix de destinations alternatives qui s'offrent à nous en cas de retour au bercail par voie terrestre ne sont pas légions. Ils sont même inexistants ! Par conséquent, et malgré l'agitation permanente de nos cellules grises qui ne peuvent s'empêcher de penser à des solutions de secours, nous tentons de concentrer toutes nos actions sur notre seul objectif : l'obtention de ce foutu visa.

 

Petit retour en arrière pour ceux qui n'auraient pas suivi les épisodes précédents mettant en scène cette fameuse quête :

A Paris, puis à Hong Kong, nous avons dû passer par des agences spécialisées pour obtenir le visa Chinois, car, à l'ambassade, il nous manque à chaque fois un précieux document : un billet d'avion aller-retour. Moyennant une somme conséquente, ces agences se débrouillent pour booker des billets le temps de l'obtention du visa, et s'occupent de toutes les autres formalités. Onéreux, mais bien pratique, nous pensons pouvoir obtenir ce service à Bangkok. Pleins d'espoir, nous partons, la semaine dernière, consulter les équivalents Thaïlandais de ces agences Parisiennes et Hong-Kongaises : "c'est terminé, on ne travaille plus avec l'ambassade de Chine ! C'est à vous de vous débrouiller".

 

Après avoir parcourus de nombreux blogs de voyageurs, les difficultés sont récurrentes pour ceux qui ne possèdent pas de billets d'avion. D'autres, devant la longue liste de documents à fournir, renoncent carrément. 

Nous sommes dimanche, et avons donc la journée pour réunir l'ensemble des pièces du dossier, afin de nous pointer, sereins, à l'ambassade, lundi matin !

Une fois de plus, nous nous retrouvons dans ce ghetto à touristes que nous apprécions décidément de moins en moins : Khao San Road, siège de toutes les agences de voyage sans vergogne ! Nous savons déjà qu'elles ne pourront pas nous obtenir le visa. Mais une idée a germé : peut être peuvent-elles juste nous obtenir une réservation de billets d'avion AR ? De notre côté, toutes nos tentatives d'achat se sont révélées de pitoyables échecs ! En effet, en souscrivant une assurance annulation lorsqu'on achète un billet d'avion, il est précisé que nous devons être en mesure de justifier l'éventuelle annulation future (par exemple avec un certificat médical) pour espérer être remboursés ! 

Après quelques heures de déambulation dans diverses agences, 2 d'entre elles acceptent la petite combine, non sans réticence ! Nous optons, cela va de soi (!), pour la moins chère. Quelques minutes plus tard, nous voilà en possession de nos réservations de billets d'avion. Si la plupart des agences nous refusent le service, c'est parce que leur logiciel peut effectuer des réservations valables uniquement 3 jours. Or, l'ambassade délivre ses visas en 4 jours ! Cette dernière contrôle, en appelant les compagnies aériennes, que les réservations sont toujours valables le 4ème jour ! Notre agence peut, quant à elle, faire des réservations sur 15 jours ! Quels criminels nous faisons pour cet accueillant régime ! 

 

Le reste de l'après-midi est consacré aux autre pièces du dossier. Prenez donc une bonne inspiration, et c'est parti :

- 1 photo d'identité : ok, ça c'est normal !

- passeport + photocopie de la première page : on a déjà dû voir ça.

- photocopie du visa thaïlandais en cours : bon, ok.

- photocopie du dernier visa chinois (s'il y a lieu) : bon, ok (bis!). 

- Attestation d'assurance internationale et rapatriement : ok ! 

- réservation d'hôtel : je m'empresse de réserver 3 nuits dans l'auberge la moins chère de Kunming sur hostelworld.com. 10% de la note à payer en ligne, soit 4$. Confirmation de la réservation à imprimer au cyber-café du coin !

- photocopie des comptes bancaires : pour éviter que l'on fasse la manche dans le métro de Pékin, ils préfèrent sans doute vérifier la disponibilité des fonds. Mais ok ! A imprimer au cyber-café du coin ! 

- lettre de votre employeur : on ne sait pas vraiment ce qu'est censé dire la lettre, mais on comprend vaguement que ça correspond à une attestation. Nous nous empressons d'imprimer (toujours au cyber-café du coin !) les seuls documents que nous avons dans nos boîtes mails : l'arrêté confirmant la prolongation de sa disponibilité en ce qui concerne Lucy, une fiche de salaire du mois de décembre en ce qui me concerne (et oui, je les reçois par mail, c'est beau le progrès !).

- itinéraire envisagé : fabrication à la hâte d'un itinéraire tout à fait bidon sur papier libre. 

- plus, bien entendu, nos précieuses réservations de billets d'avion.

- et enfin, notre rein droit en caution ! Evidemment, on déconne ! Il faut donner le gauche !!  

Vu la teneur de notre dossier, la sérénité qui nous gagne au moment de nous rendre à l'ambassade est toute relative : fausse réservation de billets d'avion, lettres d'employeur qui ne sont pas des lettres, réservation d'hôtel à minima, sans confirmation de l'hôtel lui-même. Mais bon, carpe diem, on verra bien sur place !

 

Une fois arrivés, la première étape est de remplir la tonne et demi de paperasses. Pas de questions tout à fait ridicules, genre "êtes-vous un terroriste international recherché par tous les services de renseignement de la planète ?". En revanche, l'administration Chinoise doit être en mesure d'écrire notre biographie respective, en 9 volumes, au vu du nombre de renseignements demandés. Nous devons détailler nos pérégrinations des 12 derniers mois à l'étranger, détailler les raisons de nos précédents séjours en Chine, nos antécedents médicaux, nos liens de parenté principaux et les coordonnées des personnes concernés... Pardon papa, pardon maman ! Vous êtes fichés ! Pour un peu, dans l'emballement, je leur donnais mes groupes de jazz-fusion préférés !!

Après avoir mis tous nos papiers dans le bon ordre afin de présenter un dossier clair et ordonné à la gentille jeune fille du guichet (qui s'avèrera d'ailleurs beaucoup plus aimable que celle de Hong Kong qui était une vraie peau de vache), nous nous mettons au bout de la queue. Le spectacle peut commencer ! 90% des occidentaux se font refouler lors de leur premier passage : sans doute une photocopie pas très droite ! Un Français nous confiera qu'il a été obligé d'aller imprimer un autre relevé de comptes car celui en sa possession était issue d'ING, la préposée au guichet considérant cette entreprise comme une assurance, et non une banque ! 

Le stress monte, notre tour approche... Ohlalalalalalala....

"Bonjour madame... Que vous êtes belle... Votre ramage et patati et blablabla" 

"Papers please" 

" Ah yes, here they are"

Vous vous rappelez cette impression de stress incontrôlable, démesurée, quand un de vos profs corrigeaient vos copies sous vos yeux, jugeant sans détour votre travail, qui vous apparaissait tout d'un coup comme étant le plus nul de votre vie, alors que vous en étiez très très fiers après l'avoir rédigé ? Ben, c'est pareil ! Nous tentons tant que bien que mal de cacher notre panique pendant que la demoiselle examine à la loupe l'ensemble des documents.

Immanquablement, nous n'obtiendrons pas le 20/20 du premier coup ! La dame bloque sur nos attestations employeurs. Elle n'y comprend rien. Alors, on a beau lui expliquer :"this is the name of my company, this is my reference number, this is the date of my entry in the company..." Bref, elle ne comprend toujours rien. "ok, traduisez tous les termes en Anglais avec un stylo". 10 mn plus tard, on se remet dans la queue, traduction faite. 30 mn plus tard, c'est de nouveau à nous.

 

"Ok, we have translated every word, is it ok?"

Très très long moment de solitude... qui s'éternise... qui semble sans fin...

Notre jeune employée a les yeux rivés sur notre dossier, semblant examiner d'autres pièces.

 

Puis, elle referme le tout, nous transmet un petit papier rose et déclame : "ok, come back on thursday". 

 

"Give me five darling, c'est gagné!!!" Euphorique et soulagée, Lucy l'est ! Elle va enfin pouvoir se libérer l'esprit de ce poids que représentait l'unique solution du retour en avion. Euphorique et soulagé, je le suis aussi, puisque Lucy l'est !

 

 

ça fume à l'heure du repas, autour des échoppes de rue de Thewet, notre quartier Bangkokais

 

 

Nous élaborons donc, pour de bon, notre trajet de retour : nous allons remonter la Thaïlande, avec divers arrêts que nous n'arrêtons pas encore, puis nous passerons en Chine, soit via le Mékong qui marque, à cet endroit, la frontière entre le Myanmar et le Laos, soit par le nord du Laos. La Chine de l'ouest, nous en rêvions après notre premier séjour au sein de l'empire du milieu, nous allons la voir, et en hiver qui plus est ! Dépaysement garanti, avec 2 arrêts prévus à Chengdu, puis Urumqui. De là, et après avoir fait le visa, direction le Kazakhstan ! Puis l'Ukraine, via la Russie, puis la maison !! Arrivée programmée fin mars, après 10 mois sur les routes ! 

 

 

Lulu dans une rue de Bangkok, peu avant de prendre la route du retour

 

Quelques jours nous sont offerts afin de profiter de nos derniers instants à Bangkok. Envoi de colis par la poste, repas pris dans nos gargottes préférés sur le trottoir, clasico anglais (manchester/liverpool pour les connaisseurs !) visionné depuis la terrasse d'un bar de quartier, innombrables espressos avalés dans divers cafés squattés par des étudiants du coin. Et bien sûr, nous célébrons le 28ème anniversaire de Lulu... chez Vattel !! La vie est douce à Bangkok, malgré le bruit et la pollution.

 

 

Un 28ème anniversaire célébré autour d'un repas bien Français !
 

 

Jeudi matin : nous récupérons nos passeports, payons nos visas, et les auscultons avec attention. Surprise ! Nous n'avons pas des visas de 30 jours, comme délivrés habituellement, mais de 17 jours, soit exactement l'intervalle de temps entre notre "faux" billet aller et notre "faux" billet retour. Décidément, cette grande Chine semble bien plus attentive aux étrangers qu'elle accueille qu'aux pays étrangers qu'elle "visite" ! 

 

 

Ajouter un commentaire
Publié à 08:51, le 5/02/2013 dans Thailande, Bangkok
Mots clefs : thaïlandebangkokobtention du visa chinois


Commentaire sans titre

Publié par Benjy, le 8/02/2013 à 09:41
J'avoue, j'ai kiffé ! De mieux en mieux écrit et je me suis bien marré sur le coup de ton groupe de jazz-fusion préféré.
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Fabien, le 8/02/2013 à 13:04
lol moi j'ai préféré le rein !
Ils savent tout sauf l'adresse du blog en gros :)
Lien permanent

@ fabien

Publié par landry, le 8/02/2013 à 15:35
Merci pour ton commentaire !
Faute avouée à moitié pardonnée, la blague du rein, on l'a piqué à un autre blog !!
Et en effet, on espère qu'ils n'ont pas l'adresse du blog, sinon on ne passera pas la frontière !!
Bises
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Aude, le 8/02/2013 à 21:05
Simplement hilarant! Mais on imagine que ça vous faisait moins marrer sur le moment, effectivement! Même si c'est pour 17 jours, félicitations mes loulous, vous avez vaincu l'Empire du Milieu!! (Enfin, on en reparlera quand vous aurez vraiment passé la frontière!)
Sinon, Lulu, du fromage et un verre de rouge pour ton anniv, je vois que tu ne te refuses rien!!!
Bisous
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Hatice, le 9/02/2013 à 10:37
Happy birthday ma vieille !!
L'âge n'altère pas ta beauté....
Bisous
Lien permanent

visa

Publié par Mayette, le 10/02/2013 à 20:25
vraiment le casse-tête chinois !!!!! en lisant l'importance des formalités , je me suis aperçu que j'avais moi aussi beaucoup de stress au fur et à mesure de ma lecture...
enfin, vous tenez le bon bout pour rentrer.
bisous
Lien permanent

'tention!

Publié par pop, le 11/02/2013 à 02:04
"Décidément, cette grande Chine semble bien plus attentive aux étrangers qu'elle accueille qu'aux pays étrangers qu'elle "visite" ! "

--> oh p***n, vous allez avoir des problèmes!

courage à vous pour le retour, on vous lit régulièrement, même si on reste silencieux
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Hélène, le 13/02/2013 à 16:59
Félicitation pour votre brillante réussite administrative!
PS: je ne savais pas que tu avais été traumatisé par tes instits...
Lien permanent

Commentaire sans titre

Publié par Greg, le 12/12/2013 à 08:19
Merci pour l'article, mais visiblement vous l'avez pompé ou quelqu'un vous l'a pompé...
http://retourdesantipodes.com/2013/11/08/visa-chinois-a-bangkok-2/
Lien permanent

Réponse à greg

Publié par landry, le 22/12/2013 à 20:08
Cher Greg,
vu la date de publication de l'article sur le lien que vous nous donnez, je vous laisse deviner qui a pompé qui... Merci pour votre prévenance; je m'empresse d'écrire au pompeur.
Landry
Lien permanent

<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email