Jusqu'au bout de l'Asie...

La déforestation au Cambodge, un sujet explosif

Novembre 2012 / Montagne des cardamomes / Cambodge

 

En Avril dernier, un drame se produit près de Koh Kong, dans les montagnes des Cardamomes. Chut Wutty est tué alors qu'il accompagne 2 journalistes enquêtant sur les déforestations illégales dans le pays. Alors qu'ils prenaient des photos, les 3 hommes tombent sur des policiers qui les menacent et leur demandent de leur remettre la carte mémoire de l'appareil photo. M. Wutty refuse. Il aurait tenté de remonter dans sa voiture, les policiers auraient alors fait feu. Le contexte du drame est flou. M. Wutty décède, ainsi qu'un des 2 policiers, apparement atteint d'une balle par ricochet.

 

Affaire classée, pas de procès !

 

M. Wutty combattait depuis des années la déforestation et l'appropriation des terres par des compagnies privées, celles ci opérant apparemment grâce à la complicité des militaires remplissant au passage leurs poches de treillis de coquettes sommes d'argent. Grâce à sa petite association, Natural Resource Protection Group, et ses réseaux, il parvenait à attirer l'attention des médias et dénoncer ces trafics de bois.

http://www.cambodge-post.com/?page_id=2609

 

 

Une autre cause de déforestation fait des ravages au Cambodge : l'agriculture de subsistance. L'accroissement démographique de ces deux dernières décennies a provoqué une forte augmentation de bouches à nourrir. Problème : personne n'a pensé à former les paysans à des techniques d'agriculture durable. C'est leur propre survie qu'ils mettent en danger à moyen terme en saccageant sols et forêts, et en menaçant l'équilibre de l'éco-système.

http://content.undp.org/go/newsroom/2010/april/deforestation-in-cambodia-raises-concern-about-land-degradation-.fr?g11n.enc=ISO-8859-1&lang=fr 

 

 

Dans ce contexte complexe, des ONG tentent de mettre en place des initiatives où équilibre écologique et subsistance économique des populations vont de pair. 

C'est la mission que s'est fixée wildlife alliance à Chi Phat. La région héberge l'une des plus importantes forêts tropicales d'asie du sud-est, la dernière du pays. Jusqu'à l'arrivée de l'ONG, le braconnage et la déforestation pour une agriculture de subsistance menaçaient sa préservation.

Avec l'aide du gouvernement, l'association américaine a fait de Chi Phat une base d'éco-tourisme : d'anciens braconneurs se reconvertissent en guide-accompagnateurs afin de faire découvrir la jungle aux visiteurs. Ils reçoivent des cours d'anglais et une rémunération supérieure à ce que leur rapportait leur commerce illégal auparavant. Plusieurs familles du village ont ouvert des petites guesthouses et homestays afin de loger les visiteurs er de bénéficier d'un important complément de revenus. Enfin, les agriculteurs sont formés par des agronomes et techniciens à des techniques d'agriculture durables. Des actions de reforestation sont également entreprises par les volontaires de l'ONG, et les touristes désireux d'améliorer leur bilan carbone suite aux vols empruntés pour rejoindre le pays.

 

Toutes ses actions portent leur fruit : plus aucune tuerie d'éléphant n'a été constatée depuis 2006, 500 000 arbres sont plantés chaque année depuis 5 ans, une pépinière tropicale a ouvert dans le village et emploie des membres de 85 familles qui travaillent à la conservation de la flore,... L'ONG espère faire parvenir la population de Chi Phat à l'autonomie d'ici 2 ans dans toutes ses actions : préservation de l'environnement, agriculture durable et accueil des touristes.

 

De notre côté, notre séjour à Chi Phat nous laissera un excellent souvenir (si l'on exclut les sangsues!!). Nous avons reçu un très bon accueil au siège de l'association. Nous y avons passé d'excellents moments entre voyageurs, entre partage d'expériences et projets futurs, dans des ambiances toujours très conviviales. Les habitants du village se montrent par ailleurs très accueillants avec les visiteurs.

Pour l'anecdote, j'avais oublié mes lunettes dans le sac à dos après le trek. Je les ai retrouvés 2 jours plus tard au siège phnom pennhois de l'association ! Merci encore !

 

   

 Notre préparateur de potion anti-sangsues !

 

Voilà en tout cas un bel exemple de tourisme responsable. Nous ne pouvons qu'encourager les visiteurs au Cambodge à se rendre à Chi Phat pour soutenir cette initiative. Et puis franchement, les sangsues, c'est pas si terrible !!! 

Le site de l'ONG : http://www.wildlifealliance.org 

 

 

 



Commentaires
(3) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 04:36, le 15/11/2012 dans Cambodge, Koh Kong
Mots clefs : montagne des cardamomesdéforestationtrek dans la junglewildlife alliancecambodge


Bob Morane

Du 31 octobre au 3 novembre 2012 / Village de Chi Phat / Région des Montagnes des Cardamoms

 

Le Cambodge est un pays largement constitué de forêts et de jungles. Economiquement ravagée par des décennies de guerre civile, la population rurale en est arrivée à exploiter illégalement cette richesse écologique : incendies de forêts afin de gagner de la place pour les cultures et braconnage de la faune sauvage grâce aux juteux marchés chinois et vietnamiens.

Impossible pour le gouvernement Cambodgien, rongé par la corruption, de lutter contre ces désastres. Au contraire ! Il préfère accorder, sur fonds de pots-de-vin, d'importantes concessions forestières à des compagnies étrangères.

C'est donc aux ONG de se charger du boulot ! C'est ce que fait Wildlife Alliance dans le village de Chi Phat, dans le sud ouest du pays. Arrivée en 2007 sur le terrain, l'organisation a créé à Chi Phat une base d'écotourisme. L'objectif : reconvertir les habitants dans les métiers de l'éco-tourisme afin de préserver la forêt et la vie sauvage de la région, et faire bénéficier la communauté (550 familles) des retombées économiques de l'activité touristique. De nombreuses petites guesthouses et homestays ont vu le jour, et d'anciens braconneurs se sont reconvertis en guides afin d'emmener les visiteurs dans les inhospitalières jungles cambodgiennes !

 

Ce n'est pas à Chi Phat que nous dépose le bus. Aucune route digne de ce nom n'y passe. Nous descendons donc à Andoung Tuek, et nous voilà partis pour une bonne demi heure de rodéo à 2 roues sur une piste poussiéreuse. S'ensuit une petite rivière à traverser en bac, et nous pénétrons dans le village. 

 

   

40 minutes de moto'dop et une traversée de bac après... 

 

... nous arrivons à Chi Phat, éco-village ! 

 

Nous le traversons, les yeux grands ouverts. Ce n'est pas une vie rurale telle qu'on l'imagine qui se déroule sous nos yeux, c'est une véritable communion avec la nature. Coincées entre fleuve et forêts, la plupart des maisons sont en bois, et sur pilotis. Le fait de construire en hauteur permet un gain de place (l'espace au sol est toujours utilisé) et minimise les chances de se retrouver avec plein de bébéttes peu avenantes dans la maison. L'atmosphère est paisible, sans doute aussi un peu écrasée par l'intense chaleur humide. Entre 2 pilotis fleurissent des hamacs, élément indispensable à la vie sous cette chaleur!

 

 

Nous rejoignons l'association qui répartit harmonieusement les aventuriers en herbe dans les guesthouses. Parmi les visiteurs, un sujet de conversation s'impose : les sangsues, très présentes dans la région. Lucy se demande si la visite du village ne suffirait pas à notre bonheur ! Après avoir avalé un morceau et finalement booké notre petite escapade des 2 prochains jours au pays des "leeches", nous prenons nos quartiers. Si le confort est sommaire, la propreté est irréprochable. 3 petites chambres sont tenues par cette famille. Nous sommes les seuls occupants. Quelques autres touristes sont présents dans le village, mais globalement, ce n'est pas la grosse affluence. Le soir venu, nous dînons avec Clément et Alice qui reviennent d'un trek de 3 jours dans la jungle. Et si le courant entre nous passe tout de suite ce qui permet d'aborder des tas de sujets, il y en a un que nous n'évitons pas : les sangsues ! Lucy veut être rassurée. Elle ne le sera pas ! Alice lui fait comprendre qu'elles sont à la limite de gâcher la ballade. 

 

 

Le lendemain, à 6h, nous voilà partis pour 3 heures en barque, le temps nécessaire pour rejoindre les sentiers qui s'enfoncent dans la jungle. Nous n'emportons que peu d'affaires avec nous : un hamac avec moustiquaire, une veste de pluie, un t-shirt de rechange, et un répulsif anti-moustique.

 

Lever de soleil sur Preak Piphot, la rivière de Chi Phat.

 

        

Au cours de la ballade, nous avons pu observer de grands oiseaux, de singes et de grands écureils. Mais pas les prendre en photo !

 

Dès que nous débarquons, notre jeune guide nous demande de nous asperger chaussures et jambes d'un produit "made in chi phat" qui laisse d'étranges traces noires sur notre peau. Il est censé repousser les sangsues. Après seulement quelques minutes de marche, force est de constater qu'il ne repousse rien du tout ! En cette zone humide de la jungle, l'ascension de nos gambettes par ces espèces de vers de terre accrocheurs suceurs de sang ne fait que commencer. Des arrêts fréquents sont indispensables pour les décrocher de nos chaussures, chaussettes et pantalons à l'aide d'un bout de bois taillé. Très vite on ne pense plus qu'à ça, de peur qu'elles atteignent la peau. Ce qui serait visiblement sans grande conséquence, nos 2 guides étant en sandales et pantacourt ! Les araignées ne nous effraient plus, les serpents, on s'en balance, qu'un tigre se pointe, et nous serions encore les yeux rivés sur nos chaussures à l'affût de la moindre sangsue baladeuse ! Il faut dire qu'une fois qu'elles sont accrochées, il est non seulement difficile de les décrocher du tissus, mais nous assistons en plus à leur tentative de pénétration à travers les fibres de nos vêtements. Spectacle peu ragoutant ! Lucy est au bord de la crise de nerf. Quand il y en a une qui atteint sa main, toute autre forme de vie dans un périmètre de 2 mètres autour d'elle n'a qu'à bien se tenir. Gestes de nervosité, d'écoeurement face à ces bestioles assoiffées de notre sang. Le risque d'en oublier les autres dangers de la jungle nous guette. Lulu effectue une chute impressionnante en glissant sur une pierre humide. Tout de suite, la peur du bras cassé surgit dans mon esprit et dans de celui des 2 guides. Pas dans le sien ! Aussitôt tombée, aussitôt debout, à ausculter les moindres recoins de ses vêtements, à la recherche de la sournoise sangsue ! 

 

  

Le tee-shirt dans le pantalon, le pantalon dans les chaussettes, on ferait tout pour échapper aux sangsues! 

 

En plus du stress engendré par ces bestioles, notre corps est mis à rude épreuve par l'intense chaleur qui sévit : à 10 heures du matin, les 40 degrés ne sont pas loin. L'humidité élevée rend parfois l'atmosphère irrespirable. De plus, dans un environnement sauvage comme celui-ci, de nombreux obstacles se dressent en travers de notre route : pierres glissantes, branches d'arbres, troncs d'arbres arrachés gisant au milieu du chemin... Une vigilence continue, et pas seulement envers les sangsues, s'impose. Nous approchons de midi et arrivons en bordure d'une rivière : une zone enfin hospitalière ! Pause baignade et pause déjeuner pour se requinquer. L'occasion de constater que je me suis fait attaquer la cuisse ! J'arrache la bestiole, et le sang coule. Saloperie! 

 

 

   Petite baignade en pleine jungle.

 

    

La forêt et le village regorgent d'énormes papillons.

 

En début d'après midi, épuisés, transpirants, mais soulagés d'arriver, nous atteignons le camp où nous allons passer la nuit. Le temps de passer des habits secs et nous plongeons dans un profond sommeil pendant 2 heures. 

 

Peu après notre réveil, un groupe de 11 Britanniques débarquent dans le camp. Ils effectuent un trek de 5 jours dans la jungle dans le cadre d'une action de promotion d'une association de lutte contre le cancer. Certes, leur préparation n'est pas comparable à la nôtre : ils sont entourés de 3 guides très professionnels : 1 Cambodgien connaissant parfaitement la région plus 1 Thaïlandais et 1 Britannique travaillant dans le giron de leur association et de 6 motards qui leur amènent leur matériel à chaque point de chute. Ils sont en plus équipés de longues chaussettes blanches montant jusqu'au genou ce qui permet de répérer facilement les sangsues. Enfin, ils aspergent leurs chaussures d'un produit fabriqué par leur guide et qui s'avére très efficace pour endormir notre plus intime ennemi commun. En effet, les conditions de trek ne sont pas les mêmes. D'ailleurs, leur moral est au beau fixe, tandis que leur petite balade touche à sa fin. Malgré cette fine préparation, voilà un groupe qui force le respect. Agés de 16 à .... 74 ans (!!), ils s'avèrent en plus fort sympathiques ! Leur guide Britannique me désinfecte la jambe atteinte de 2 autres morsures ! Leur guide Cambodgien nous fait don de son produit miracle : un mélange de tabac, de sel et de "paic citron" dans une bouteille en plastique. Au passage, notre guide se fait engueuler pour nous avoir aspergé de son produit, parait-il toxique ! Il lui est rappelé de ne surtout pas en donner aux touristes ! Parfait !

 

 

         

 

Blessures de jungle ! 

        

 

Les hammacs de l'armée US avec moustiquaire intégrée, c'est top !! 

   

   

    Les guides nous préparent un dîner... aux chandelles !

 

Après une fraîche nuit fatale pour mes sinus dans notre hamac avec moustiquaire, nous repartons. Le jour est à peine levé, le plat de nouilles et le café avalés, et l'espoir combiné de trouver un terrain plus sec et que le produit soit efficace pointe le bout de son nez dans nos esprits. Puis se réalise ! Les sangsues, moins nombreuses que la veille, sont complètement amorphes dès qu'elles atteignent nos chaussures. Nous arrivons enfin à apprécier les lieux. "Tiens, c'est joli la jungle finalement !" Les seuls sons qui nous parviennent sont les dialogues en chanson des nombreuses espèces d'oiseaux présentes. La végétation est impressionante. Tellement toufue, tellement luxuriante, tellement variée. Après quelques kilomètres, nous sortons de la jungle pour retrouver des paysages secs évoquant la savane. La chaleur est toujours terrible, mais sèche, donc plus supportable. Dans les derniers kilomètres, nous croisons des troupeaux de vaches cambodgiennes à la maigreur détonnante, puis des paysans au travail. Après 4 heures de marche, nous atteignons finalement Chi Phat. 

 

Retour en terre séche, OUF ! 

 

Nous re-croisons des habitants, ce qui annonce une arrivée prochaine à Chi Phat.

 

Nous ne devons repartir que le lendemain matin. Nous bénéficions donc d'une demi journée de balade au sein du village. L'accueil se révèle franchement sympathique. Les sourires éclatants des enfants nous rappellent ceux de Madagascar. Des gosses de 5 ans capables de s'occuper tout seuls de longues journées durant, dans la bonne humeur, et en se bricolant des jouets avec tout ce qu'ils peuvent trouver à proximité. Nous croisons des gamines d'une agilité incroyable maniant habilement des vélos 10 fois trop grands pour elles, et n'oubliant surtout pas de nous gratifier d'un enthousiaste "hello". Des gamins adorables se précipitent vers nous et nous tendent en guise de bienvenue de petites fleurs cueillies sur leur passage. Cette jovialité enfantine, ces sourires et rires contrastant avec des conditions de vie rudimentaires, ces concerts de "hello", tout cela raisonne encore dans nos têtes.

 

 

   

 

Quelques photos des habitants de Chi Phat, qui adorent qu'on les photographie !! 

 

Dans notre petite guesthouse, c'est l'heure de la cueillette des noix de coco. Le gamin grimpe à main nue la quinzaine de mètres de hauteur du tronc, puis balance les noix de coco de là- haut. Bien entendu, elles sont destinées à être vendues aux voisins, ou dans le petit marché. Bien entendu, dans un élan de générosité tout naturel, on nous en offre une chacun.

 

Ramassage des noix de coco façon locale ;) 

 

 

Aussitôt tombées, aussitôt emportées !

 

Dans le village, des personnes âgées parlant quelques mots de Français hérités d'une époque révolue nous accostent. "Etes-vous mariés?" "Bien sûr!!!" "Avez-vous des enfants?" Cette fois, difficile d'esquiver ! "Ben non, pas encore". "Roooooo". Choc des cultures ! Et rires communicatifs des anciens très en verve pour nous raconter leur pays.

 

Nous serions bien restés quelques jours de plus à Chi Phat afin de profiter de cette joie de vivre et de cette douceur humaine. Mais dans le fond, peut être est ce dans le naturel des Cambodgiens ? Peut être n'est-ce pas propre à Chi Phat ? En tout cas, demain, changement de décor, changement d'ambiance, direction Phom Penh, la capitale du Royaume. Avec dans nos bagages, ces regards d'enfants que nous ne sommes pas prêts d'oublier.      

 



Commentaires
(7) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 17:47, le 13/11/2012 dans Cambodge, Koh Kong
Mots clefs : sangsuestrek dans la junglewildlife alliancevillage eco tourismecardamoms mountainschi phatcambodgeandoung tuekpreak piphotsourires


<- Page précédente :: Page suivante ->

Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email