Jusqu'au bout de l'Asie...

Déambulations sibériennes

Du 16 au 22 mars 2013 / Transsibérien / Entre Beijing et Moscou

 

A l'ombre de l'hiver Sibérien

 

16 mars 2013 / 23h00 / gare ferroviaire principale de Beijing

Fait rarissime en Chine, nous montons à bord d'un train quasiment vide ! A tel point qu'on a failli le rater en nous trompant de porte d'embarquement (je sais, c'est une gare, pas un aéroport, mais c'est la Chine!) en suivant la foule vers une mauvaise voie ! A la fréquence d'un seul train par semaine, le rater eût été fort dommageable !

Mais nous montons bien à bord, accueillis par une provinitsa d'âge mûr, au sourire timide et à l'anglais similaire à notre russe : inexistant !

Nous prenons nos quartiers, agréablement surpris par l'aspect tout à fait récent de notre compartiment, davantage en tout cas que celui du transsibérien que nous avions emprunté il y a de cela 9 mois.

 

Lire "Moskva-Pekin" et comprendre "Moscou Beijing" !


Le train se met en route à l'heure prévue, et entame son long périple de 6 nuits et 6 jours, à travers la Mandchourie et la Sibérie. Nous sommes samedi soir, et n'arriverons à Moscou que le vendredi suivant. Nous avons du mal à trouver le sommeil malgré l'heure tardive. En effet, beaucoup d'excitation agite nos petites cellules grises : de l'excitation, d'abord, pour le fabuleux périple qui s'annonce ; de l'excitation, également, pour le retour prochain à la maison ; de l'excitation, enfin, car nous réalisons tout ce que nous aurons accompli lors de ces 10 derniers mois. Comme on ne sait pas trop si l'heure est au bilan du voyage ou aux perspectives d'une nouvelle vie, on va se contenter de savourer la fin de l'aventure, rendue plus douce par le rythme régulier du train prenant son temps, qu'un retour en avion nous ramenant brutalement aux réalités de notre quotidien.

 

Une rivière où la glace résiste encore un peu au dégel.

 

17 mars.

Depuis quelques heures, les paysages sont très enneigés et les cours d'eau gelés. Les champs à la tristesse hivernale laissent de temps en temps place à de grandes cités industrielles, d'où sortent de terre de gigantesques tours d'habitation pas très esthétiques. Un parfait exemple de l'urbanisation vitesse grand V de la Chine, où l'on construit sans trop se poser de questions, mais simplement parce qu'on a besoin urgemment de loger des travailleurs sur le point d'arriver sur de nouveaux chantiers, dans de nouvelles industries, au fond de nouvelles mines... Beaucoup de ces tours sont déjà sorties de terre, beaucoup sont en train, beaucoup sortiront encore. Pas de crise du BTP en Chine ! Autre illustration de cette frénétique activité de construction : les autoroutes suspendues. Peu importe la région, peu importe le relief, partout, de gigantesques poteaux de béton s'élancent vers le ciel et soutiennent une route perchée à 10 ou 15 mètres au dessus du sol. La Mandchourie ne fait pas exception, et cela fait déjà plusieurs heures que nous en longeons une, tout près de nous, qui ne semble jamais se terminer.

A Haerbin, le train marque son premier arrêt un peu long, d'environ une vingtaine de minutes. Nous prenons le temps de descendre nous dégourdir les jambes sur le quai. Quelques voyageurs Chinois montent dans notre wagon, ainsi qu'un jeune occidental en manches courtes ! Je le prends pour un militaire Russe, Lucy pour un touriste... Il ne fait pas encore très froid, aux alentours de 5 degrés. Notre provinitsa en profite pour jeter le charbon consumé par le samovar dans une grande poubelle située sur le quai, et qui se met immédiatement à cracher un sombre nuage de fumée.

 

  

 

18 mars.

Dans le transsibérien, les horaires d'arrivée et de départ de chaque gare sont indiqués sur des feuilles collées dans les wagons. Après lecture attentive du document, nous constatons que nous sommes censés arriver à la frontière à 3h30 du matin, puis quitter le poste Chinois à 7h00. Un doux espoir m'envahit : sans doute n'y a-t-il rien d'autre de prévu qu'un simple stationnement sur les voies entre 3h30 et 6h00, heure à laquelle les employés des frontières doivent commencer leur journée pour tamponner les passeports ? A 7h00, tamponnage terminé, on repart, direction le poste Russe ? En réalité, un peu plus de temps semble nécessaire pour tamponner des passeports puisque nous sommes bien réveillés à 3h30 du matin par la douce voix de notre provinitsa. Mais malgré l'heure anarchique, les fonctionnaires Chinois, emmitouflés dans leur uniforme bien chaud, se montrent forts sympathiques, et ne s'émeuvent en rien de nos têtes hirsutes ! Nous récupérons nos passeports tamponnés à 6h30, et repartons, comme prévu à 7h00, vers le poste Russe situé à quelques kilomètres.

Tout le monde ne s'appelle pas Gérard D., et l'entrée sur le territoire Russe, en ce qui nous concerne, est assez impressionante. Pas de difficultés administratives à l'horizon (ça change!), mais un défilé initerrompu d'employés des douanes, de maîtres-chien, et sans doute d'huiles haut gradées surveillant avec attention les procédures, auscultent sans ménagement les recoins les plus improbables du train, comme les faux-plafonds, les supports en bois des tringles à rideau, les dessous des radiateurs, et que sais-je ? Aucune odeur suspecte ne semble interpeller le sympathique animal reniflant nos bagages, pas même celle de nos chaussettes !!


Une fois cette petite danse douanière terminée, on nous fait descendre du train. Les techniciens vont amener les wagons dans un hangar pour changer l'écartement des boggies, dont la taille diffère entre les chemins de fer Chinois et Russes. A peine avons-nous posé le pied sur le quai que nous comprenons que nous avons changé de climat. Il est réellement Sibérien : -14 au thermomètre, le choc est rude. Pas question de traîner. Nous prenons juste le temps de traverser les voies pour rejoindre les rues de la petite ville frontalière afin de changer de l'argent et acheter quelques victuailles. Elle est bien calme en cette matinée glaciale. Quelques courageux viennent de-ci, de-là, effectuer quelques démarches bancaires, acheter quelques bricoles, ou boire quelques vodkas. Nous observons tout cela avec curiosité, en prenant garde de ne pas glisser sur le bitume rendu dangereux, car extrêmement glissant, par le gel. Un petit vent se lève, et la température devient glaciale. Nous filons nous mettre à l'abri dans le hall de la gare en attendant patiemment que les 3 heures nécessaires au changement des roues s'écoulent.

 

Pause rafraîchissante à la frontière sino-russe. Il fait -14° !

 

Ce poste frontière Sino-Russe semble implanté au milieu de nulle part, dans une zone particulièrement inhospitalière, malgré les rayons resplendissants du soleil qui tentent, en vain, de réchauffer l'atmosphère. A perte de vue s'étendent des champs gelés, sans doute mis en jachère pour l'hiver. De temps en temps, quelque part dans cette immensité sans fin, au milieu de rien, une cloture encercle... visiblement rien. A un autre endroit, un imposant bâtiment s'impose comme le centre administratif des lieux, mais d'où ne part ni n'arrive aucune route.


Une fois la chose faîte, nous remontons à bord. Tandis que je me dirige vers les toilettes situées au fond du couloir, un homme m'interppelle : « Bonjourrrr, je m'appelle Alexandrrrre » ; moi : « Oh ! Vous parlez Français !!?? » ; lui : « Petit peu », et m'invite à le suivre dans son compartiment. Il invite également le jeune homme que je prenais pour un militaire Russe, et qui est en réalité un touriste Autrichien. Petit, la quarantaine, bien portant, blond aux yeux bleus et rasé de près, Alexander communique avec une étonnante facilité, malgré ses 2 mots de Français et 3 d'Anglais. Très volubile, il me fait ainsi comprendre qu'il connait une chanson en Français, de l'époque de son enfance : « 1 kilomètre à pieds, ça use, ça use... ». Après un éclat de rire collectif, même si notre ami Autrichien ne comprend pas tout, il est temps de passer aux choses sérieuses : « Russian tradition » déclame Alexander. Il dégaine la vodka, le corned-beef réchauffé au micro-ondes dans le compartiment des provinitsas, et le pain. Je ramène ce que je peux trouver dans notre sachet à provision, en tentant de ne pas réveiller Lucy qui récupère de sa courte nuit. Un paquet de cacahuètes, du jus de pommes et divers grignotages. Très vite, la première bouteille de vodka est vide. Celle de jus de pomme est toujours pleine ! Face à cet alarmant manque de munitions, Alexander nous emmène au wagon-restaurant. Un quatrième personnage se joint à nous, Kiril, dont les explosions vodkaïques semblent plus modérées que celle d'Alexander.


A partir de ce moment-là, les heures ont dû s'écouler, en même temps que quelques bouteilles de vodka ont dû glisser dans nos gosiers...


19 mars.

Je vais prendre des nouvelles de mes compagnons de la veille. Comme moi, David, l'Autrichien, ne se souvient plus de grand chose, mais attaque déjà sa journée en tentant de suivre le rythme imposé par Alexander. Il me confie que ce dernier en est à sa 6ème bière depuis le réveil. Il est 10h00 du matin. « Russian tradition » !

On s'aperçoit également qu'Alexander a réglé quasiment l'intégralité de la note : il nous a offert un repas, et a également payé 4 bouteilles de vodka. Il refuse catégoriquement qu'on lui rembourse le moindre kopek. « Russian tradition ».

 

Au passage d'un village Sibérien

 

A la mi-journée, notre train s'arrête à Oulan-Oude où il ne fait pas trop froid, vers -5. Tandis que mon corps se remet péniblement des excès de la veille, nous commençons à longer le lac baïkal. Difficile d'exprimer les émotions ressenties à ce moment-là. D'abord, de l'admiration pour ce divin paysage hivernal, où le lac, immense et complètement recouvert de glace et de neige, est encastré au milieu de petites collines blanches, et sur les rives duquel, parfois, quelques petites maisons en bois et colorées, fleurissent au sein d'un village Sibérien. La neige recouvre tout, les habitants sont emmitouflés dans leurs vêtements chauds, en même temps que le soleil continue à briller de mille feux. Spectateurs attentifs et admiratifs au sein de notre douillet compartiment, nous n'oublions pas de profiter de chaque arrêt en gare pour descendre sur le quai afin de s'imprégner de cette glaciale atmosphère Sibérienne. Du souvenir également, pour nos premières aventures asiatiques il y a 10 mois, et en particulier pour ce trek de 4 jours effectué autour du lac, en autonomie, et qui reste un moment fort de notre voyage. Lorsque le train s'arrête quelques instants dans la gare de Slioudianka, celle là-même qui marqua, l'été dernier, la fin de notre marche, et la reprise de notre périple ferroviaire en direction d'Oulan-Oude, le souvenir se fait plus fort, plus intense et nous rappelle à quel point ce fut dur !

 

Le lac Baïkal ressemble à une mer de glace.

 

En fin de journée, c'est à Irkoutsk que nous arrivons. Nous aidons nos voisins de compartiment, une adorable babouchka et son mari Chinois, à descendre leur impressionnante quantité de bagages sur le quai. David aussi nous quitte. Les adieux sont chaleureux, émouvants, après ces quelques jours faits d'échanges et de partage passés en toute intimité. Alexander, lui, est totalement ivre, ce qui désespère notre dame, qui ne renonce pas, malgré tout, à lui faire la leçon.

Tandis que nous restons quelques instants sur le quai avant que le train ne reparte, Alexander remonte dans son compartiment, afin, sans doute, d'attaquer un long processus de récupération !

Irkoutsk, également, réveille des souvenirs. L'été dernier, il y faisait chaud. Nous y vivions nos premières émotions de voyageurs, et y faisions nos premières rencontres : JB, le bloggeur d'uniterre, John, l'homme de châteauneuf-de-Gadagne, parti, à l'époque, pour un périple en solitaire et à vélo, à travers la Mongolie, 2 ambulanciers australiens au Liverpool, l'un des pubs de la ville... Aujourd'hui, nous y faisons juste un court arrêt en gare, dans l'autre sens, celui du retour. La boucle est bouclée. Il fait -12, le quai de la gare est désert, le train va bientôt repartir. Lucy demande à notre provinitsa si on peut la prendre en photo : « Niet » ! Décidément, ces Russes !

 

Notre train à quai, gardé par les provinitsas.

 

20 mars.

La nuit fut tout à fait tranquille, douce, et infiniment reposante. Au petit matin, Alexander a repris ses esprits, et s'apprête à descendre à Krasnoïarsk. L'homme est transformé, frais comme un gardon, et s'excuse auprès de Lucy pour les excès dont il se sent la cause ! Nous tentons de le rassurer. « No no no, aucune raison de t'excuser, et merci pour ta générosité ! » « Russian tradition » !

Le train se vide de ses voyageurs. Nous ne sommes plus que 4 ou 5 dans le wagon. Il semble que ce soit la même chose dans les autres. Tous les jours, nous croisons un transsibérien « classique », celui qui effectue la liaison Moscou / Vladivostock. Celui-là, en revanche, a l'air beaucoup plus fréquenté.

Le ciel est un peu moins bleu que les jours précedents, ce qui n'enlève point de charme aux paysages que nous traversons. Les villages, encastrés dans de petites vallées surplombées par des collines enneignées, se succèdent. Le vert, le bleu, le rose des maisons sibériennes, se font une petite place à travers ces épaisses couches de draps blancs qui les recouvrent.

L'activité ferroviaire du frêt est intense dans la région, illustrée par l'important trafic de container. J'aperçois ceux de la CMA CGM, l'armateur avec qui nous étions à 2 doigts de rentrer en cargo, via l'océan indien, la région du golfe persique et la mer Méditérannée. Sans doute un petit clin d'oeil du destin !

 

Les villages de Sibérie sont composés essentiellement de petites maisons en bois. Gla gla !

 

21 mars.

Après avoir traversé quelques grandes villes dont nous n'avons rien vu, comme Novossibirsk et Omsk, la nuit dernière, la gare qui retient notre attention aujourd'hui est celle de Iékaterinbourg. En effet, cette grande ville Sibérienne se trouve à l'extrême sud des Monts de l'Oural. Une fois dépassée, nous serons en Europe.

Les journées deviennent très calmes. Et malgré leur inhabituelle longueur, puisque nous retardons notre montre chaque jour, elles sont bien remplies de diverses activités : le paysage retient toujours une grande part de notre attention. Le manteau blanc qui recouvre le pays s'étend maintenant depuis plusieurs milliers de kilomètres, et sa masse ne semble pas faiblir. Les températures sont toujours glaciales, il faisait -8 à Iékaterinbourg, et nous sommes le 21 mars ! Drôle de printemps ! Lire, regarder des films, rédiger le blog, manger et boire... du thé. Tout cela remplit bien nos journées.

 

Coucher de soleil en Sibérie.


22 mars.

C'est le dernier jour à bord. Ce soir nous serons à Moscou. Il fait toujours aussi froid, il y a toujours autant de neige et le ciel est toujours aussi bleu. Le train ? Toujours aussi vide ! Mais nous avons à faire : terminer la rédaction de cet article, et sélectionner les photos que nous souhaitons mettre en ligne.

A l'aller, le voyage de 3 jours et demi, de Moscou à Irkoutsk, nous avait semblé très long. 10 mois plus tard, après des milliers de kilomètres à bord d'une multitude de trains, nous pourrions prolonger encore le voyage au-delà des 6 jours prévus. Prendre le temps, comme nous le voulions au départ, n'est pas chose aisée. Il faut croire que nous y sommes parvenus.

 

Une église orthodoxe aux bulbes bleus !



 


Commentaires
(6) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 11:41, le 16/03/2013 dans Au fil des rails, Siberia
Mots clefs : vodkatransmandchourientranssibérienmoscourussiechinebeijing


Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.

 

Du 6 au 16 mars 2013 / Pékin / capitale de la Chine

 

Le "nid d'oiseau" a été construit pour accueillir les JO de 2008. Il est au coeur d'un immense complexe olympique.


sluuuuuuuuuuurp... Miaaach miaaaach miaaaach...


6h30 du matin. Train Chengdu / Beijing. Nos voisines de couchettes au sein de notre compartiment sont déjà au p'tit déj. Et comme tout bon repas d'épicuriens Chinois, il se déguste la bouche ouverte ! C'est pour mieux apprécier les saveurs paraît-il ! Etrangement, nous avons réussi à nous habituer à ces mélodies de bouche, les ingurgitations de soupes et bouillons accompagnés d'un retentissant « sluuuuuuuuuuurp » rivalisant de concert avec la mastication de divers mets produisant une série de miaaarch miaaarch miaaarch atteignant le nirvana des décibels buccaux!


Mais là, il est tôt, et comme tout bon épicurien Chinois, le bruit, quel qu'il soit, fait partie du plaisir de l'existence. Quand il n'y a plus de bruit, en Chine, c'est qu'il n'y a plus de vie ! Alors, peu importe l'heure, pour nos voisines, c'est celle du p'tit déj.


Dans l'esprit des Chinois, il ne semble y avoir qu'un seul repas possible à prendre dans un train : le ramen. Cette espèce de soupe de nouilles aux saveurs chimiques et aux emballages colorées, ne passe pas inaperçue dans les rayons des supermarchés. Toute personne embarquant dans un train est donc inévitablement accompagnée de son ramen. Une fois les quelques sachets de produits déshydratés vidés sur les nouilles encore sèches, il suffit de rajouter de l'eau chaude, disponible dans tous les wagons, de laisser reposer 5 minutes, et de déguster le tout. Lorsque l'envie nous prend de varier les plaisirs, et de remplacer notre traditionnel ramen par un bol de patates déshydratées, le chemin aller-retour, de notre siège jusqu'à la source d'eau chaude du wagon, nous donne l'impression d'être de véritables bêtes de foire, sanction que nous nous infligeons à nous-mêmes, pour pas un kopek ! Mais là encore, nous nous sommes habitués à ces regards insistants, scrutant la moindre parcelle de nos personnes. Et pour un peu que madame soit un peu plus grande que monsieur, proche du mètre quatre vingt, et donc plus grande que la plupart des Chinois, le succès est garanti, et l'intrigue poussée si loin, bien au-delà du simple bol de patates déshydratées, qu'elle risque de déclencher de violents torticolis chez nos « admirateurs ». Les Chinois sont curieux et ne s'en cachent pas. Que ce soit dans un train, dans la rue, dans un restaurant, s'ils sont intrigués, ils le montrent ! Et le partagent bien souvent dans de grands éclats de rire !


Mais revenons à notre petit déjeuner ! Il est tôt, et certains se lèvent à peine. Cracher, par terre, partout, fait également partie du quotidien de l'épicurien Chinois, prêt à se laisser aller à tous les excès afin de soulager sa personne, sous les regards médusés d'occidentaux tels que nous, tentant de cacher leur curiosité (eux !). Mais à 6h30, il semble que le besoin de soulagement soit décuplé. L'(in)activité de tout une nuit est à dégager de la gorge. Alors, c'est bien profond que l'on va chercher le soulagement, et le raclement de gorge dure, dure, dure... Une fois le mollard constitué, il serait temps de penser à ce qu'il va devenir. Certains, plus précotionneux pour leurs voisins (bien difficiles à émouvoir de toute façon) que d'autres, s'en vont éjecter l'objet en train de mûrir sur leur langue baignée de salive dans la poubelle, au bout du wagon, proche des robinets où l'on se lave les dents, et de la source d'eau chaude où l'on se fait à manger ! D'autres, plus traditionnalistes, ne s'embarrassent pas autant, et font tranquillement glisser l'objet à l'extérieur de leur bouche, jusqu'au sol (couloir du train dans le cas présent), la chute étant amortie par un délicat filet de bave ! Et, en effet, pas grand monde ne s'émeut ! Quant à nous, on remet le p'tit déj à plus tard !

 

Vue sur le lac et le parc du Palais d'été, Beijing.

 

En Chine, les bambins ne portent pas de couche, mais des pantalons troués au niveau de l'entrejambe. Paradoxal, me direz-vous, puisqu'ils ne sont pas propres. C'est sans compter la vigilence extrême des parents, prêts à tendre n'importe quel récipient vide afin de collecter les substances liquides ou solides que leur juvénile progéniture s'apprête à éjecter de son petit corps. Mais alors... aucun accident n'est possible ? Un oubli de récipient ? Un réflexe un peu lent ? Un moment d'inattention où le regard se porte malencontreusement sur autre chose, par exemple sur une grande occidentale, que sur le bambin ???? ….. Si !!! C'est possible ! Conscient de cet état de fait, lorsque débarquent dans notre compartiment à couchettes la jeune maman et son adorable chérubin, accompagnés de la mamie et la tata, nous espérons que l'accident ne se produira pas. Espoir se transformant vite en désillusion lorsque le petit farceur se met à uriner à la surprise générale, surtout la nôtre, sans crier gare. Les premières effluves se répandent ainsi par terre, accompagnées des rires communicatifs de la famille ! « Et on nettoie pas là ?? Non !!! Ah bon, ça va sécher ?? Ah très bien ! » Naturellement, lorsque le même bambin se laisse aller, quelques heures plus tard, à l'évacuation de déchets organiques un peu plus solides, une fois l'écoeurante surprise passée, nous comptons sur notre joyeuse famille pour nous débarasser de ces quelques oublis ! Pas de problème, elles ramassent au sopalin, emballent le tout dans un sachet, oublient de se laver les mains, finissent d'essuyer le sol à la chaussure, et reprennent avec le même enthousiasme leur dégustation de cacahuètes dont les innombrables coquilles finissent par terre...


Déconcertant ? Toujours autant, malgré les quantités de trains que nous avons pris en Chine, et dans lesquels les mêmes anecdotes reviennent.

Tiens, le bambin a envie de pisser ! On court lui faire faire ses besoins... au dessus de la grande poubelle commune au wagon qui déborde déjà de cartons de soupes de nouilles arrosés de mollards matinaux...

 

Graff évocateur au sein de la "798 art zone" de Beijing.


La communication est difficile en Chine. Personne, ou si peu, parle anglais. Une fois l'intégralité de notre vocabulaire déblaterré avec fierté (environ 2 mots !), à nous de trouver de nouvelles astuces. Très facile en présence d'un enfant, la tâche s'avère plus ardue dans un environnement exclusivement composé d'adultes. Mais cette fois, nous avons de la chance, et comme notre bambin pisseur chieur semble apprécier les plaisirs de la vie, nous lui faisons don de quelques sucreries. Mi-effrayé, mi-intrigué par nos personnes, il reste méfiant, ce qui fait beaucoup rire ses anges gardiens. Et nous aussi par la même occasion ! Ne résistant plus, il s'emparre du petit gâteau, et le dévore. Dans un élan de générosité, nous en offrons à nos 3 madames, qui refusent poliment, comme à chaque fois que l'on offre une petite sucrerie à un Chinois. Ce n'est définitivement pas leur truc !


On approche de Beijing, et notre petite famille se prépare à descendre. Les adieux sont chaleureux, la promiscuité des lieux créant inévitablement une certaine complicité entre les voyageurs, pour le meilleur et pour le pire !

Des places sont libres, un jeune homme s'installe. En nous écoutant parler, il découvre que nous sommes Français, lui-même parlant un petit peu notre langue car ayant vécu au Togo où son père travaille. Il parle aussi très bien Anglais, nous confie qu'il fait des études de journalisme à Chengdu, et semble ravi d'échanger quelques mots avec des étrangers. Il semble aussi fier, comme beaucoup de jeunes Chinois avec qui nous avons l'occasion de discuter, que des occidentaux découvrent et parcourrent son pays. C'est ainsi qu'une nouvelle fois, nous recevons un sincère « welcome to China » !


A l'image de ce qu'il se passe dans un train, la découverte de la Chine s'avère déconcertante pour des occidentaux. Appréhender le quotidien des Chinois, c'est se heurter à des codes de conduite, des règles de vie, à l'opposé de ce que nous connaissons et de ce que nous sommes. Mais c'est également découvrir une culture d'une grande finesse à l'histoire si riche. On vous réveille tôt le matin avec fracas sans même se préoccuper de votre personne mais on vous salue et vous souhaite la bienvenue ! On vous expose quelques déjections peu ragoûtantes sous le nez, mais on vous propose une cuisine si raffinée ! On crache tout autour de vous dans la rue, mais on vous montre les arts chinois (martiaux et artistiques) avec toute la grâce qui caractérise leur pratique dans les parcs le dimanche... C'est peut-être cette tendance à la schizophrénie qui nous plait tant dans cette Chine, bien qu'elle exige un estomac solide !


Vue sur les toits de la cité interdite depuis les alentours.

 

Lorsque notre train arrive à Beijing, la nuit est déjà bien entamée. Nous constatons immédiatement que l'atmosphère s'est considérablement rafraichie. La longue file d'attente des taxis avance à un bon rythme, et nous sert de répétition générale avant d'annoncer notre destination à notre chauffeur. Les répétitions ont porté leur fruit, l'homme comprend immédiatement, et nous emmène « presque » à destination. Dans un même quartier, beaucoup de noms de rue, d'avenues, ou même d'impasses, se ressemblent. Le chauffeur lui-même est un peu paumé. Mais après y avoir mis toute sa bonne volonté, il semble que nous soyons arrivés. Il est minuit, et si nous pouvions écourter la balade, nous n'en serions pas malheureux. Pas de chance, ce n'est pas la bonne rue. Alors, on marche un peu, on se repère dans les rues encore animées à cette heure de ce quartier proche du centre, et on finit par trouver la bonne direction, bien aidés par un occidental qui semble résider dans la capitale Chinoise. Nous rejoignons donc notre auberge et ne tardons pas à nous coucher.

 

Romantisme du Palais d'été...

 

Dès le lendemain matin, jeudi 7 mars, nous filons à l'ambassade de Russie avec l'objectif d'obtenir un visa touriste en urgence, quitte à y mettre le prix, et ainsi attraper le transsibérien du samedi 9 en direction de Moscou. Doux rêve ! « Tourist visa ? If you don't live in Beijing, you have to wait for 2 weeks !  But you can have a transit visa in one hour ».

La matinée est un peu trop avancée, nous ne parviendrons pas à réunir les pièces nécessaires pour faire le visa de transit ce jour, nous nous assurons donc que nous pouvons le faire le lendemain.

Il n'est pas très difficile d'obtenir un visa de transit. Il suffit d'acheter tous ses billets de transport, entrant et sortant du pays, et que la durée du transit n'excède pas 10 jours. Nous filons donc acheter les billets de train pour le samedi 9, et achetons également sur internet des billets Moscou / Riga pour la semaine suivante.

Vendredi 8 mars, 9h00 du matin. Retour à l'ambassade de Russie. Surpris que les portes soient toujours fermées à cette heure, nous devenons carrément inquiets à 9h20, alors qu'aucun signe de vie ne semble animer le bureau des visas. Nous nous dirigeons vers un panneau d'informations, et découvrons avec stupeur parmi la masse de documents rédigés en 3 langues que le service des visas sera « exceptionnellement » fermé ce vendredi 8 mars ! Parfait !

Outre les dizaines d'euros perdues pour les échanges de billets de train, nous voilà « condamnés » à passer une grosse semaine à Beijing.

 

Impressions, "798 art zone", Beijing.

 

Comme si nous n'avions pas vu un ami depuis longtemps, et dont nous recroiserions la route de manière inattendue, ces retrouvailles avec Beijing, finalement, constituent une étonnante surprise. Très vite, ce n'est plus de « condamnation » dont on parle, mais d'une opportunité qu'on avait oublié d'inviter à notre table afin de prolonger notre séjour en Chine. Ainsi, nous pourrons découvrir ce que la capitale Chinoise nous avait caché l'été dernier, nous régaler pour une semaine supplémentaire dans les petits restaurans de la mégapole, et arpenter les hutongs de cette ville, reflet partiel d'un pays si riche dans ses cultures et ses populations, que l'on a appris à aimer, tout autant qu'il peut nous irriter, heurter nos consciences politiques, contrarier nos bonnes habitudes de savoir-vivre, fatiguer nos corps de sa surpopulation et ses climats capricieux. Par la même occasion, Beijing s'impose comme la dernière étape de notre périple asiatique. Même s'il nous reste la Russie, puis l'Europe à traverser, elle s'apparente à la fin de ce voyage, dénouement que nous n'attendions pas, qui s'impose de lui-même, comme dans une histoire logique d'un voyage au long cours, où les imprévus sécrètent leur dose d'excitation. C'est le début de la fin, que nous souhaitons heureuse, et dont nous allons profiter à fond.


Nous avons usé de tant de superlatifs dans les tentatives de descriptions que nous avons fait des endroits où nous nous sommes arrêtés, inspirés simplement en les regardant avec des yeux d'enfants, grands ouverts, émerveillés de toucher du doigt le dépaysement que nous étions venus chercher. Alors aujourd'hui, les superlatifs, on les a rangés dans le placard ! L'énumération de quelques sites, dont les seuls noms, tellement évocateurs, jouent eux-mêmes aux superlatifs, suffira : le palais d'été, étourdissant de gigantisme, calme et beauté (décidément je n'y arrive pas !) ; le sommet du petit parc jinghang, qui offre une vue... (allez, au placard!) sur la cité interdite toute proche ; le parc olympique, où les illuminations du « nid d'oiseau » et du parc aquatique scintillent dans la nuit pékinoise, et la vaste art-zone 798, dédiée à la création. 

 

  

La piscine oylmpique / Vue d'ensemble du complexe olympique.


On s'offre même une toile au mégabox, grand multiplex qui passe des films en version originale. Le premier de l'après midi, « a good day to die hard », commence dans 5 minutes. Plus enthousiaste que Lucy à l'idée de voir les derniers exploits du flic fou de New York, je la convaincs... Hélas, l'intrigue se passe à Moscou ! Avec l'intégralité des dialogues alimentant le mystère autour du complot en Russe, sous-titrés en Chinois, difficile de s'y retrouver. Heureusement, John McClane est là, pour nous rappeler au bon souvenir de la langue de Shakespeare : « I love you son, let's kill some fuckers ! » ou encore « my fuckin' vacations » entre une chute de 30 mètres à travers un échaffaudage et une salve de tirs de mitraillettes faisant trembler le sol de la salle ! No comment ...


Ce moment de poésie Ricaine passée, nous retrouvons la réalité Pékinoise. D'ailleurs, dit-on Pékin ou Beijing ? Et bien les 2 ! En réalité, « Pékin », c'est « Beijing » prononcé par les habitants du sud du pays, où les colons occidentaux étaient massivement présents il y a quelques siècles. C'est pourquoi le terme est resté, et demeure toujours dans certaines contrées, comme la France ! Mais, prononcé dans un bon mandarin, c'est bien « Beijing ».

 

Intérieur du Palais d'été, Beijing.


A part ça, que fait-on de nos journées ? On mange, bien sûr, tellement bien que la gastronomie Chinoise nous manquera, c'est sûr : des raviolis à la viande, des soupes de nouilles bien chaudes, des légumes, froids ou chauds, agrémentés de sauces toujours succulentes... On se balade aussi, sur la place Tian'anmen par exemple, où l'accès se fait sur contrôle des papiers d'identité pour tous les ressortissants Chinois ! Incroyable ! Cette place, depuis plus de 20 ans, n'est décidément plus un espace public comme les autres. On affronte également, entre 2 journées printannières, un climat capricieux, comme ces violentes tempêtes de sable venant du désert de Gobi. On lit les journaux, enfin, où la passation de pouvoirs des dirigeants a lieu. Nouveau président, nouveau premier ministre, les premiers à être nés après l'instauration de la République Populaire de Chine par Mao, en 1949. Mais ne nous y trompons pas, les seuls sujets abordés concernent l'économie et la poursuite du développement du pays, et les relations internationales avec les Américains, les Japonais et les Européens. Pour le reste, on verra plus tard... Ou pas !


Notre semaine s'achève, et nous sommes un petit peu tristes. Ce n'est pas seulement la Chine que nous quittons, ni seulement l'Asie, mais c'est un mode de vie qui s'arrête. Un mode de vie prônant la découverte, le nomadisme, les imprévus, et forcément le respect des peuples et des cultures qui nous accueillent, même si, parfois, leurs différences nous ont heurtés, choqués, bouleversés. Nous aurons plus appris sur le monde durant ce voyage qu'en 20 ans sur les bancs de l'école, et plus sur nous-mêmes qu'en quelques années de vie professionnelle. Il est temps de rentrer. Heureux d'avoir vécu toutes ces histoires que nous avons essayé de vous raconter. Enfin, nous allons revoir la famille et les amis. Dans 2 semaines. Ouf, d'ici là, nous avons encore le temps de vous en raconter quelques unes...

 

En chine, les nombreuses séances photos précédent de plusieurs mois le mariage.

 

 


Commentaires
(4) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 17:22, le 11/03/2013 dans Chine, Pékin
Mots clefs : visa russe depuis beijingtrain en chinechinepékinbeijing


Sur la muraille de Chine...seuls!!

Première semaine d'août 2012 / Sur la muraille de Chine

 

Le record de fréquentation de la muraille de Chine sur le site de Badaling sur une journée date de l'année dernière : 51000 personnes!! + les guides + les vendeurs ambulants plus ou moins insistants!! Et cela grâce à des accords particulièrement "juteux" entre tours opérateurs trimballant ses troupeaux de clients et sites touristiques rentabilisant au maximum le site en se souciant peu de la conservation du patrimoine et de l'authenticité du lieu! Style de visite pas vraiment éco responsable!

 

Sans tomber dans cet extrême, plusieurs autres sites existent, référencés dans les guides touristiques. Nous hésitons. Lequel choisir pour explorer dans les meilleures conditions ce monument fantastique construit au cours des siècles sous différentes dynasties et colportant son lot de légendes? Certaines d'entre elles étant d'ailleurs avérées : par exemple, des fosses communes ont effectivement été découvertes lors de fouilles archéologiques. Ce sont les corps d'ouvriers soit trop épuisés pour continuer à travailler, soit tués pour les empêcher de dévoiler les secrets de la muraille.

 

Bref, que faire?

 

Finalement nous découvrons que notre auberge organise un "secret tour to the great wall" : 3 heures à arpenter la muraille, en grande partie non restaurée, et avec aucun autre touriste que la dizaine de clients de l'auberge et aucun vendeur ambulant. Banco! 

 

Voilà le résultat en photos :

 

 
 
Ascencion vers une première tour de guet
 
Un couple heureux d'être là!!
 
Une tour de guet très bien conservée
 
En noir et blanc aussi c'est bien!
 
Un entraînement militaire?? Non, un camp de vacances de jeunes étudiants apparemment ravis d'être là! Véridique!
 
Un rival!
 
La montée est difficile sous cette chaleur, mais  la vue incroyable!
 
La montée continue sur une partie non restaurée
 
On grimpe, on  grimpe, et la muraille s'étend à perte de vue
 
Lulu se trouve un coin d'ombre
 
Landry repousse l'envahisseur mongol, mission accomplie, on peut rentrer à Beijing!
 
A vrai dire, en nous rendant sur un un lieu aussi touristique, mondialement connu, et après l'avoir vue 1000 fois en photos ou à la télévision, il nous semblait ne pouvoir qu'être déçus. Trop d'attentes, trop de monde, cela peut gacher la ballade (ça a un peu été le cas à la cité interdite). Et bien là, surprise, oh combien heureuse, ça a plutôt été le contraire ! Un enchantement, un moment magique comme on en vit rarement. Immensité, magnificience, tranquilité. Et la joie d'être là. Seuls.
 
 
 
 
 

 

 


Commentaires
(8) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 13:54, le 16/08/2012 dans Chine, Pékin
Mots clefs : chinepékinmuraille de chinebeijing


Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Beijing, capitale de la Chine / du 4 au 11 août 2012

 

"Beijing is amazing", "An incredible city", "Best place i've ever been"...

 

De la bouche de nos interlocuteurs backpackers croisés au hasard des hostels Russes et Mongols, les superlatifs ne manquaient pas pour décrire la fascination incroyable qu'exerçait la capitale chinoise sur ses visiteurs.

 

De notre côté, l'impatience était variable : le train était à peine rentré en Chine que Lucy regrettait déjà les campagnes Mongoles et Jade se demandait quel attrait elle pourrait bien trouver à une ville aussi grande. L'attente était sans doute un peu plus forte du côté de Marie Line qui souhaitait approfondir ses notions de Chinois. En ce qui me concerne, l'impatience me gagnait au fil des jours précédants notre arrivée en Chine. J'attendais avec ferveur la découverte de cette ville, intrigué par la mutation incroyable du pays dont elle est la capitale et le plus célèbre symbole.

 

"La porte du devant", qui marque l'entrée de la place Tian' ânmen

 

L'histoire de Beijing est tourmentée, marquée par des conflits séculaires, des destructions et reconstructions incessantes, des occupations étrangères (Mongoles, Franco Anglaises, Japonaises) et des gouvernances d'"humeur variable"!

Depuis le 1er octobre 1949 et la prise de pouvoir du PCC, le visage architectural de la ville a commencé à changer (destruction des remparts historiques et de très nombreux hutongs, ces petites rues étroites typiques, et construction de très larges avenues pour faciliter la circulation, et de bâtiments à l'inspiration très stalinienne). A la fin du 20ème siècle, le virage capitaliste pris par le régime a contribué à accélérer cette mutation : toujours plus de voitures et moins de vélos, toujours plus d'immenses buildings ne rivalisant pas tous par leur beauté ou leur originalité architecturale, toujours plus d'habitants en provenance des campagnes et cherchant à mieux vivre. 

 

Dans la cité interdite, lors d'un rare moment sans une meute de visiteurs

Par conséquent, une fois l'excitation de l'arrivée estompée, où trouver le charme de Beijing ? 

Dans sa modernité ? Si tous les projets architecturaux de la ville sont loin d'être des réussites, certains quartiers modernes n'en demeurent pas moins très attrayants : restaurants et bars branchés, évènements culturels, bâtiments merveilleusement illuminés dès le crépuscule, intense activité économique...

 

Dans un quartier branché, après un excellent canard laqué !
 
 
Une grande rue commerçante, symbole de la néo modernité de Beijing
 
 
Beijing, vivante à toute heure

Dans ses traditions? Même si leur nombre a considérablement diminué au cours des 60 dernières années, de nombreux hutongs subsistent. Ces petites rues nous ravissent. Elles sont parfois éclairées par de traditionnelles lanternes rouges, parfois par les devantures lumineuses des petites cantines qui foisonnent, tantôt très animées par divers commerces ou restaurants, tantôt très calmes. Alors seuls quelques anciens apportent un peu d'animation au cours d'une partie de dames chinoises. L'authenticité urbaine et architecturale de la Chine nous explose alors en pleine figure dans ces petites rues, nous surprend, nous charme ! Les vélos et pousse-pousses se croisent dangereusement, les raviolis et nouilles chinoises se préparent dès l'aube, les petits artisans (plombiers ou menuisiers) trouvent dans les étroits trottoirs des extensions de leurs ateliers. C'est dans ces petites rues populaires que nous passons l'essentiel de nos journées à flaner, guettant les sourires des habitants, explorant les cours intérieures, et sentant les saveurs multiples des mets en préparation.

 

Lulu se baladant dans un hutong
 
 
Un hutong très animé
 
 
Partie endiablée de dames chinoises dans un petit et calme hutong
 
 
L'intense activité des cyclo moteurs dans les hutongs
 
 
Les cycles au repos !
   

Dans son histoire? Au vu de sa richesse culturelle et historique passée, Beijing regorge de sites à découvrir. Son patrimoine architectural datant de la dynastie des Qing, la dernière dynastie de l'histoire de l'empire chinois avant l'avènement du Guomindang, puis du communisme, est en partie intact. Certes, en plein mois d'août, l'afflux de touristes chinois et internationaux peut contrarier certaines visites comme celle de la cité interdite ou celle de la célèbre artère de Nanluogu Xiang. L'accès étrangement payant de certains sites comme le parc Beihai peut altérer le charme du lieu. En revanche, les temples bouddhistes (comme le temple des lamas et le temple du ciel), certains parcs où les Pékinois pratiquent des activités sportives (comme le parc Ritan), la visite insolite d'une partie non restaurée et déserte de la muraille de chine, l'architecture très stalinenne de la place ti'an an men et ses environs, le très moderne centre des arts et du spectacle, sont des exemples de la diversité remarquable du patrimoine culturel Pékinois à travers les siècles.

 

Le temple du ciel
 
  Les chinois viennent de tout le pays pour célébrer Bouddha dans le célèbre temple des lamas
 
 

L'un des halls du grand temple des lamas
 
 
Balade reposante dans le parc Beihai
 
Vue sur la ville depuis le parc Beihai

Dans sa gastronomie ? Lucy vous en dira plus très bientôt, mais c'est un régal pour les papilles !

   

Landry qui déguste des brochettes dans la rue
   

Dans sa population ? Avouons le : nous avons été bluffé par la gentillesse des chinois ! Ils n'hésitent pas à nous parler dans la rue, à nous aider à nous repérer, à nous servir spontanément d'interprètes dans diverses situations... Ils semblent très fiers de l'attrait que représente leur pays pour les occidentaux et nous le rendent bien ! Sans être à l'abri de certaines personnes mal intentionnées, un peu arnaqueuses, ou carrément antipathiques, l'ambiance générale est très détendue et les visiteurs très bien accueillis.

 

Relax et accueillants, les Pékinois ne sont pas avares en sourire et en "hello"!!

Bien sûr, Beijing est bruyante, polluée, parfois surfaite, comme toutes les grandes capitales occidentales. Bien sûr, son patrimoine est mis à mal par un développement économique accéléré. Mais le charme agit. Il subsiste tellement d'attraits, de curiosités qui ne demandent qu'à être explorées, que cette ville donne le sentiment de s'ouvrir spontanément au monde. Une semaine ne suffit évidemment pas pour percer ses mystères. L'idée nous tittille déjà l'esprit de revenir y faire un petit tour dans quelques années, mais l'hiver, une fois la cité couverte de neige et tous les touristes partis afin d'être au plus près des Beijinghua...

 
Mais en attendant de revenir en hiver, on se prend la pluie du mois d'août !!

 

 


Commentaires
(4) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 06:26, le 14/08/2012 dans Chine, Pékin
Mots clefs : gastronomiehistoirebeijingChinehutongcité interditePekinparc


Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email