Jusqu'au bout de l'Asie...

Le panda géant du Sichuan

Le 20 février 2013, Chengdu, province chinoise du Sichuan.

 

Le panda géant est l'emblème de la Chine, de Chengdu et de WWF !

 

J'en rêvais, nous l'avons fait ! L'arrêt programmé à Chengdu nous permet d'aller admirer quelques spécimens d'une espèce désormais endémique à la Chine et menacée, le panda géant.

Nous nous sommes rendus au Centre de recherche sur la reproduction des pandas, situé à quelques kilomètres seulement du centre-ville de Chengdu. C'est l'endroit idéal pour faire connaissance avec l'animal et sa cause, car le centre n'a rien d'un triste zoo. En effet, il est spécifiquement dédié à la reproduction de l'animal. Or, pour l'amener à se reproduire, il faut qu'il se sente le mieux possible et le plus proche de son environnement naturel. Les enclos sont larges, non grillagés (séparés par des murets) et verdoyants. Les animaux sont bichonnés et suivis de près, cela se sent, et c'est chouette !

Nous sommes arrivés tôt le matin, à 8h, il y avait peu de visiteurs dans le parc et les animaux étaient en train de prendre leur petit-déjeuner. Ces gros nounours noirs et blancs sont vraiment très beaux !! Outre l'aspect ludique et charmant de la visite, le musée du parc et la projection vidéo nous en ont appris beaucoup sur les pandas.

 

Ses taches noires autour des yeux servent à leurrer ses prédateurs en donnant l'impression qu'il dort alors que ses yeux sont grands ouverts !

 

Si le panda disparaît, c'est essentiellement dû à l'activité économique de l'homme qui empiète sur son habitat et qui produit le réchauffement climatique. Sur les 60 espèces de bambous présentes dans les fôrets de l'ouest de la Chine où il vit, le panda géant n'en consomme qu'une quinzaine environ. Les modifications climatiques affectent directement ces forêts en modifiant la nature des bambous qui y poussent. Mais l'homme n'est pas le seul responsable. Le cycle naturel du bambou entraîne la mort de très nombreux arbres tous les 25 ans. Notre panda géant meurt alors de faim en pleine forêt... De plus, les femelles très exigentes sur le patrimoine génétique du père, ne peuvent plus se déplacer librement dans les montagnes à la recherche du mâle idéal à cause du surpeuplement humain des vallées. cela donne une espèce en voie de disparition !

Aujourd'hui, il ne resterait environ que 1 000 pandas géants à l'état sauvage, répartis dans 3 provinces de l'ouest de la Chine. Avant, il était présent dans presque toute l'Asie (Japon, Corée et Asie du Sud-Est également). WWF en a fait l'emblème de sa lutte, et sa mascotte vient justement de ce centre de Chengdu !

 

Malgré son air lourd, le panda géant est très agile dans un arbre.

 

Comme je vous le disais, dans la nature, le panda se reproduit déjà assez mal. D'abord parce que la femelle est très exigente sur son partenaire. Ensuite parce que les bébés pandas naissent "prématurés", bien avant le terme de leur développement suffisant à leur survie. Le nouveau-né mesure environ 15 cm, pèse de 50 à 150 grammes maximum, n'a pas de poils et est encore aveugle. Quand on sait qu'un panda adulte mesure en moyenne 1,80 mètre pour 135 kilos, on comprend que la mère soit parfois désemparée face à ces tous petits êtres fragiles. Il arrive qu'elle tue le nouveau né par erreur ou l'abandonne, ne sachant pas comment s'occuper d'une chose si petite. Enfin, 50% des naissances donnent lieu à des jumeaux. Dans la nature, la mère abandonnera systèmatiquement l'un des deux bébés pour assurer la survie de l'autre. Au final, le taux de reproduction est donc très faible.

Les efforts qui sont faits en captivité pour leur reproduction permettent de pallier ces problèmes, mais également de relâcher dans la nature de jeunes adultes jugés aptes à retrouver leur état sauvage après un petit camp d'entraînement ! Cela est fait afin d'aider l'espèce à se perpétuer dans son habitat naturel.

 

Depuis près de 20 ans le centre étudie le comportement des pandas géants et a développé un savoir-faire unique et mondialement reconnu pour leur reproduction comme pour leurs soins.

Côté reproduction, la première difficulté est de déceler la période des chaleurs d'une femelle car elle n'émet qu'une faible odeur et n'est féconde que 2 ou 3 jours par an. Lorsque cela est fait, on lui présente des mâles. Parfois la reproduction naturelle peut avoir lieu. Mais en captivité aussi la femelle est très exigente et repousse souvent les mâles qui lui sont présentés (parfois violemment, nous en avons eu la preuve en image !). Dans ce cas, les scientifiques procèdent alors à des inséminations artificielles. Puis ils suivent la grossesse au quotidien avec de nombreux tests afin de s'assurer que tout va bien et sont présents lors de l'accouchement pour éviter tout risque pour le bébé. A ce moment-là, si la mère est violente ou qu'elle abandonne son bébé, les scientifiques le récupèrent temporairement et l'élèvent en couveuse, en le nourissant du  colostrum de sa mère. Ils font de même lorsque ce sont des jumeaux. Dès que cela est possible, les scientifiques rendent les bébés à leur mère qui les prend en charge, gardent sur eux un oeil attentif et leur prodiguent des soins réguliers. Grâce à ce système, le pourcentage de survie des nouveaux-nés est très élevé, et même lorsque ce sont des jumeaux, la mère parvient à les élever tous les deux.

 

Voici les stades de développement à la naissance, à deux semaines et à deux mois :

 

   

  

 

Les bébés pandas naissent en été après environ 5 mois de gestation. Lors de notre passage, nous avons pu observer deux frères jumaux de 6 mois qui jouaient. Dans la nature ils sont livrés à eux-même à l'âge d'un an et demi, mais en captivité, il peuvent rester avec leur mère jusqu'à l'âge de 4 ans ! Les mères pandas sont très attentionnées : par exemple, dans la nature elles ne mangent presque pas pendant les 6 premiers mois pour mieux prendre soin de leur petit.

 

Nos bébés pandas de 6 mois, en chair et en os !

 

Enfin, d'autres informations nous ont beaucoup étonné !

Tout d'abord les scientifiques (contrairement à ce qu'indique Wikipédia) n'ont pas classé le panda dans la famille des ursidés, mais dans une famille à part, située dans l'arbre des espèces entre l'ours et le raton-laveur (ce qui se comprend bien lorsque l'on découvre le panda rouge).

 

Pandas rouges, la deuxième espèce de pandas existante.

 

Ensuite, bien que se nourissant quasi-exclusivemement de bambous, le panda a un "physique" (machoires et système gigestif) de carnivore ! Cela explique qu'il ait parfois recourt à la chasse pour se nourrir en cas de disette, même si certains d'entre eux n'y parviennent jamais. Par ailleurs cela explique également le fait qu'il assimile très mal les nutriments des bambous qu'il dévore, déjà eux-mêmes assez pauvres en ressources énergétiques. Il est donc obligé d'en consommer d'énormes quantités (15 à 35 kg /j), et peut passer 16 heures par jour à se nourrir. Le reste du temps, il évite de gaspiller le peu d'énergie qu'il a pu assimiler. C'est à cela qu'il doit sa réputation d'animal lent, gentil et dormeur !

 

Enfin, le panda géant a développé en plus de ses 5 "doigts" griffés une sorte de petit pouce, un 6ème "doigt". C'est pourquoi il peut attraper le bambou à "pleines mains" et le grignotter tranquillement, assis sur ses fesses, tandis que les autres animaux doivent plaquer l'objet au sol avec leurs deux pattes. 

 

Ses prédateurs naturels sont le léopard des neiges, le tigre et le loup.

 

Panda rouge qui se promène dans les allées et qui aimerait bien avoir à manger !

 

Au Sichuan, il était possible d'observer les pandas dans leur habitat naturel au sein de la réserve naturelle de Wolong, le plus grand lieu de protection et de conservation de pandas de Chine, mais elle a été fortement endommagée par le séisme qui a touché la région en 2008. Depuis, elle est fermée au public et on ignore la date de sa réouverture. En attendant, les pandas ont été transférés au centre de Ya'an, la "Bifengxia panda base", à une centaine de kilomètres de Chengdu.

 


Commentaires
(10) :: Ajouter un commentaire :: Lien permanent
Publié à 12:19, le 27/02/2013 dans Chine, Chengdu
Mots clefs : bébés pandasmode de vie des pandasespèce en voie de disparitionpanda rougepanda géantsichuanchinebambous


Qui suis-je ?


Prendre le temps. Prendre le temps avec les gens, avec la vie, avec nous-même. Prendre le temps de découvrir des cultures, des langues, des coutumes. Prendre le temps d'apprendre des autres, d'apprendre à se débrouiller dans un environnement totalement inconnu, d'apprendre sur soi. Pour prendre ce temps, quel meilleur moyen que de se déplacer en train depuis Paris jusqu'au bout de l'Asie...

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Mai 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Derniers articles

Clap de fin !
Déambulations sibériennes
Kaléidoscope culinaire !
Train chinois, visa russe, et réjouissances Pékinoises.
Les environs de Chengdu
Le panda géant du Sichuan
Chengdu
Boten, mais qui es-tu, mais où sommes-nous ??
Louang Namtha : la der des ders en Asie du Sud-Est
Inventaire non exhaustif de la petite urbanité Thaïlandaise
Regard sur l'alimentation en terre Thaïlandaise
Bangkok / dernières incursions, la quête du visa Chinois !
Koh Lipe, notre bout d'Asie.
Bangkok / secondes incursions
Ayutthaya, des ruines dans la ville
Krabi / Koh Lanta, le manuel de survie face à "Peak Season" !
Bangkok / premières incursions
Laos / Thaïlande, d'un monde à l'autre
Et une bonne année !
JOYEUX NOEL !!
L'incroyable rencontre, texte et photo par Jade L.C
Manger ET boire !! Le Laos côté table !
Un moment sacré, et un sacré moment !
Luang Prabang, paisible cité royale
Une marseillaise en terre Lao
Anecdotes et rencontres, sur les routes du sud Laos
Pour le meilleur et pour le pire, petit survol de la gastronomie Cambodgienne
Au coeur de la civilisation khmère
L'art au service de la jeunesse
Battambang, de surprises en émerveillements
Phnom Penh, perle de l'Asie
La déforestation au Cambodge, un sujet explosif
Bob Morane
Good morning Camboooodia
Savoureuse cuisine Vietnamienne
L'île de Phu Quoc
La fabrication des vermicelles de riz
La vie dans l'eau
Un bon massage, une bonne action
Le coup de gueule qui n'engage que moi (Lucy) !
Saïgon
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 3
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 2
Sauts de puce dans le centre du Vietnam / part 1
Baie d'Halong, merveille de la nature
Hanoï
Etat de la route du Nord-Ouest du Vietnam SAPA - DIEN BIEN - HANOI
Au fait, que mange t-on dans le nord-ouest du Vietnam ?
La boucle du nord ouest : pour l'histoire
Au pays des hmong noirs et des dao rouges
Question de point de vue !
De shangri-la à sapa, descente vers les tropiques
Aux portes du Tibet
A la rencontre de l'autre Chine
Les batiks indigos du Yunnan
Et maintenant?
Hong-Kong
Shanghaï
La gastronomie chinoise : quand manger devient un art de vivre!
Xi'an et sa merveille : l'armée de terre cuite
Pingyao
Prendre le train en Chine au mois d'août : une aventure en soi !
Sur la muraille de Chine...seuls!!
Beijing, capitale de la Chine d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Le transmongolien, dernier tronçon de la mythique voie.
11 jours en terre hostile : à la découverte du Gobi
Nous ne sommes plus 2...!!
Arkhangaï / acte 2 : la mongolie dans sa plus pure authenticité
Petit point sur la gastronomie Mongole et la vie dans les yourtes.
Arkhangaï / acte 1
bluffante oulan-bator
D'un continent à un autre, frontière russo-mongole
Oulan-Oude
Sibérie, acte 2 : entre effort et réconfort
la gastronomie sibérienne
Sibérie, acte 1.
85 heures de train !
Critique gastronomique de Lulu et +++
Moscou : une mégapole entre 2 mondes.
Sur les rails.
Le temps d'un après midi automnal
Quand ton sac devient ta maison
L'interminable préparation



Newsletter

Saisissez votre adresse email